Alan Wake, mon second run dans ce (bon) cauchemar

alanwake(titre)

Voilà un test un peu spécial puisqu’il s’agit d’un jeu que j’ai déjà terminé en 2010 sur Xbox 360 et que j’avais beaucoup apprécié. J’avais néanmoins été un peu déçu de la fin très vague et qui n’a pu être complétée, parait-il, que par deux DLC sorti plus tard. Absolument contre ce genre de procédé, je ne les avais jamais achetés pour protester. Mais avec sa sortie sur PC, Alan Wake a très rapidement vu son prix s’écraser et c’est ainsi que j’ai récupéré le jeu original + ses DLC + sa petite suite American Nightmare à très bas prix grâce à un Humble Bundle. Plusieurs mois plus tard et après avoir torché le second opus, j’ai eu envie de me replonger dans l’aventure originale et en profiter pour réparer les torts du passé.

alanwake(1)C’est ici, sur cette île, que tout commence.


En bref

Il s’agit d’un jeu fortement scénarisé, et pour cause : le héros, Alan Wake, est un écrivain. Tout le jeu tourne autour d’une histoire très inspirée du style Stephen King avec un peu de paranormal mêlé à énormément de mystères qui laissent la porte ouverte à de nombreuses interprétations. Pour le reste nous avons là un TPS avec une progression classique sous forme de couloirs plutôt bien camouflés car on passera beaucoup de temps en extérieur, et autorise un peu d’exploration pour trouver quelques secrets. Le jeu joue beaucoup sur la lumière car ce sera votre seule arme de défense contre « l’Ombre » qui possède les esprits de vos ennemis, lesquels devront d’abord être affaiblis via votre lampe torche avant d’être vulnérables à vos balles.

alanwake(2)alanwake(4)alanwake(5) La lumière joue un rôle primordial dans le gameplay, c’est souvent votre seul moyen de défense. Elle sera nécessaire pour venir à bout de vos ennemis ou des objets animés par les ténèbres.

Ce que j’en retiens
 Une histoire pas forcément très profonde mais suffisamment prenante pour avoir envie de progresser. Les personnages sont convaincants, l’intrigue est bien ficelée, et on nage entre la réalité et la fiction, si bien qu’on se demande souvent si Alan ne perd pas tout simplement la tête. A vous de le découvrir !
 Le fait de mêler la narration d’un livre et d’une série en un jeu vidéo en fait quelque chose d’unique et ça marche assez bien. J’ai vraiment bien aimé le principe de trouver les pages du livre d’Alan au fur et à mesure qui annoncent la tournure des événements.

alanwake(10)alanwake(7)Le jeu est entrecoupé de plusieurs séquences narratives qui permettent de souffler et d’épaissir le mystère du scénario.

 Des graphismes encore aujourd’hui très beaux, surtout sur PC qui a une résolution adaptée. Les paysages sont magnifiques et même si les environnements se répètent de temps en temps il y a un gros travail sur les décors.

alanwake(8) Pour un jeu qui commence à dater, les graphismes restent très jolis.

 Une très bonne ambiance. Vraiment. Il faut voir comme l’atmosphère devient oppressante lorsque les ombres attaquent Alan. Le jeu de lumière est également bien maîtrisé et le concept des éléments du décor qui s’animent pour vous attaquer est bien fichu. Ce n’est pas vraiment un jeu d’horreur mais la peur se fait sentir à quelques moments-clé pour faire monter la tension. Il faut d’ailleurs souligner la bande son très efficace.

alanwake(6) L’ambiance est l’un des gros points forts du jeu.

 Un gameplay simple mais efficace, qui offre plusieurs séquences de jeu bien pensées et bien stressantes.
 Une bonne durée de vie pour un jeu du genre : un peu moins de 10 heures.
 Les émissions radios à écouter et surtout les petites séries télés à regarder de temps en temps et qui renforcent l’ambiance.

 

Mes déceptions
 On a souvent critiqué le jeu pour son côté répétitif et effectivement il l’est ; le gameplay ne se renouvelle jamais une fois qu’on a maîtrisé les bases. Il reste néanmoins très maniable et passe au second plan si on se laisse porter par l’histoire.

alanwake(3) Les séquences de conduite tentent d’apporter de la variété mais ne servent pas à grand-chose à part justifier une petite balade à travers de beaux décors. Ces passages sont les vestiges des origines du jeu qui était censé être un Open World avant de devenir un TPS à couloirs.

 Globalement trop simple et le mode difficile n’est pas accessible lors de la première partie.
 Quelque rallonge inutile du scénario, le jeu aurait gagné à être moins long pour aller à l’essentiel.
 Les cinématiques ne sont pas très jolies : l’animation est un peu limite et les visages ne sont pas très crédibles.
 C’est un détail mais ça m’a bien agacé de perdre constamment ses armes et munitions… On passe son temps à toujours tout devoir récolter à nouveau, pour quelqu’un qui économise ses réserves comme moi c’est très frustrant.

 

Un mot sur les deux DLC
Les épisodes bonus « Le Signal » et « L’écrivain » font donc suite à la fin du jeu.

SPOILER – Mettez le texte en surbrillance : On y retrouve Alan emprisonné par l’Ombre au fond du fameux lac. Il doit lutter contre les ténèbres qui tentent de le couler à jamais, mais aussi et surtout contre lui-même et sa part obscure que l’Ombre a créé après avoir été en contact avec lui. Chaque épisode se passe donc dans une ambiance chaotique où les décors se tordent et changent au fur et à mesure de la narration, et comme à la fin du jeu de base il faudra faire matérialiser des éléments via les mots qui flottent. 
Ces deux DLC recyclent fortement les décors d’origine pour les raisons évoquées dans le spoiler, mais offrent aussi une ambiance bien plus déjantée. Ils s’insèrent plutôt bien en tant que vraie fin du jeu et font le lien avec la suite, American Nightmare, ce qui en fait des indispensables si vous comptez poursuivre les aventures d’Alan. Ensembles ils offrent entre 2h30 et 3h de jeu bonus, ce qui est appréciable. Attention cependant car la difficulté a été largement rehaussée par rapport au jeu original, surtout dans Le Signal, ce qui n’est pas un tort.

alanwake(9) Pourquoi trouve-t-on des mots qui flottent dans ces DLC ? Vous le saurez en terminant le jeu de base.


Conclusion

Alan Wake est un très bon jeu. Les critiques ont tendance à beaucoup trop le descendre car il est soi-disant trop répétitif mais en toute franchise il est bien suffisant pour profiter de l’ambiance et de l’histoire très réussies. Alors oui, c’est vrai, les séquences de combats sont toujours les mêmes, mais elles ne sont pas désagréables et ce sont les situations qui offrent de la variété. Bref je vous le conseille fortement si vous aimez les TPS où le scénario est aussi important que le gameplay, et l’air de rien ce genre-là est plutôt rare donc n’hésitez pas, si possible sur PC pour bénéficier gratuitement des deux DLC qui sont la vraie fin du jeu.

Source des screenshots : Réalisés moi-même sur mon PC

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s