Virtue’s Last Reward, une aventure captivante

virtueslastreward(titre)

Heureux possesseur d’une PS Vita malgré les moqueries constantes de la presse concernant ses chiffres de vente, je m’intéresse de près aux bons jeux qu’elle a à proposer car avouons-le ce n’est pas tous les jours que c »est le cas. C »est ainsi que j’ai entendu parler de Virtue’s Last Reward, un titre étrange pour l’un des jeux clés de 2012 (sorti aussi sur 3DS). Mais est-ce vraiment un jeu ? Il s’agit plus précisément d’un Visual Novel découpé en deux phases : l’histoire à suivre d’un côté et les passages où on prend le contrôle du personnage pour résoudre des énigmes un peu comme un jeu d’aventure.

virtueslastreward(8)
D’une manière ou d’une autre, c’est ce mystérieux personnage qui est responsable de ce qui vous arrive. Saurez-vous percer son identité ?

Parlons tout d »abord de la partie gameplay ; il y a une bonne dizaine de casse-têtes en tout durant l’aventure et ils sont assez bien conçus car ils nécessitent de vraiment réfléchir, observer et prendre des notes pour être résolus. Certains sont extrêmement ingénieux et ils sont très rarement frustrants car tout suit une logique si on s’investit pour les comprendre. Le degré de difficulté est d’ailleurs acceptable dans la mesure où vous pouvez passer au mode facile à tout moment, ou si à l »inverse vous êtes plutôt motivés vous pouvez vous amuser à récupérer tous les documents secrets en continuant l »énigme même après avoir trouvé la solution primaire. Ces énigmes font vraiment partie intégrante de l’histoire donc je ne peux que vous conseiller de ne pas tricher en regardant les solutions sur le web et de persévérer : la solution est toujours logique.

virtueslastreward(4)
Il y a beaucoup d’énigmes de ce genre, qui nécessitent d’analyser des documents pour en comprendre la logique.

Ceci dit, pour les résoudre il faudra vous armer de patience car la maniabilité ne vous facilitera pas la tâche. Celle-ci est assez lourde et souvent peu pratique. Par exemple, pour utiliser un objet sur un élément du décor il faut toucher l’inventaire, faire défiler la roue des objets, puis le sélectionner. Une interface conçue comme un jeu à touches mais appliquée à du tactile, très peu pratique quand vous devez utiliser plusieurs objets à la suite. La version PS Vita est d’ailleurs aussi légèrement handicapée car la console n’a pas de stylet donc vous manquerez de précision dans le toucher, ce qui risque parfois de vous faire louper un objet important en cliquant à côté. Quant à la caméra en vue subjective, elle est parfois trop sensible et parfois pas assez, mais rarement efficace. Tout est jouable au stick et aux boutons mais c’est encore plus lent et peu pratique. Pas de panique cependant car l’interface ne vous posera plus de gros problème après un temps d’adaptation.

virtueslastreward(2)
Analyser chaque détail de la salle déclenchera un dialogue pour vous aider d’une manière ou d’une autre.

Avant d’attaquer le gros du sujet, un mot rapide sur l’aspect visuel du jeu qui n’est pas du tout impressionnant et qui pourrait tourner sans soucis sur une bonne vieille PS2. Mais une fois embarqué dans le trip, ça n’aura plus aucune importance à vos yeux car les personnages sont suffisamment bien modélisés et les décors sont de toute façon fades vu les circonstances du scénario. A noter que si la version PS Vita est moins évidente à manipuler que la version 3DS, elle propose des graphismes plus fins, surtout pour les personnages. A vous de voir. Il n’y a en tout cas aucune excuse pour le manque d’animation des séquences 3D, le plus souvent fixes et qui témoignent d’une grande fainéantise des développeurs.

virtueslastreward(5) virtueslastreward(6)
Les personnages sont assez bien modélisés pour vous permettre de vous attacher à eux mais vous pouvez constater que le reste ne casse pas des briques.

Mais l’attrait principal du jeu est sans aucun doute son scénario qui est complexe, surprenant et passionnant. Vous incarnez Sigma, un étudiant qui vient de se faire capturer par un ravisseur masqué. Vous vous réveillez dans une cage d’ascenseur en compagnie de Phi, une fille mystérieuse qui est aussi perdue mais qui semble en savoir un peu plus que vous, et on vous imposera de trouver un moyen de vous échapper en temps limité. Un peu plus tard, et ce n’est pas un spoiler, vous rencontrerez 7 autres personnages qui ont été elles aussi capturées de la même façon que vous et enfermées dans un mystérieux complexe où une intelligence artificielle vous impose de jouer au jeu du « Nonary Game », un jeu aux règles mortelles car les enfreindre ou échouer signifie gamer over. Mais dans ce jeu, le game over n’est pas la fin…

virtueslastreward(1)
Chaque décision dévoile une suite de conséquences plus ou moins heureuses…

En effet, et non ce n’est toujours pas un spoiler car vous pouvez le constater en ouvrant le menu correspondant dans le jeu, le scénario est basé sur le principe des choix menant à des déroulements parallèles. A plusieurs reprises il vous sera demandé de prendre des décisions très importantes pour la suite, c’est ainsi qu’il y a tout un tas de ramifications possible à l’intrigue. Et c’est vraiment là qu’est tout le piment du scénario puisque chaque version de l’histoire est importante et apporte des éléments de compréhension au mystère global. Ce n’est qu’en ayant exploré toutes les possibilités que vous obtiendrez la plupart des réponses à ce gigantesque et passionnant « mind fuck », jusqu’à la vraie fin, puisqu’il y a une multitude de fin différentes dont les fins « game over ». A noter que certains chemins scénaristiques restent bloqués tant que vous n’avez pas eu l’information dans un autre, ce qui est logique finalement.

virtueslastreward(7)
On vous demandera souvent de choisir vos partenaires et vos chemins.

Et cette fin mes amis, cette fin ! L’histoire est admirablement bien construite ; intelligente et vous distillant les éléments de réponses de façon très subtile, je défie quiconque de deviner quel est la conclusion du jeu tant c’est original et extrêmement bien amené. Soyez certains que même si vous ne comprenez rien au début de l’histoire rien n’est laissé au hasard et tout a un sens. SPOILER – Mettez le texte en surbrillance : Ces révélations finales qui en mettent plein la vue. Qui aurait pu deviner qu’on était en fait sur la lune, occupés de faire un entraînement pour développer le pouvoir de transfert de conscience dans le passé de Sigma et Phi ? Qui aurait pu deviner qu’on était en fait la conscience du jeune Sigma dans le corps du vieux ? Qui aurait pu voir venir les sauts intercalés dans le temps pour empêcher l’expansion du virus Radical 6 dans le passé ? Et je ne parle même pas de l’identité de chaque personne, dont le héros du premier opus qui a vieilli. Tout nous met sur de fausses routes et pourtant le jeu nous donne les éléments de réponses sans qu’on le sache. Virtue’s Last Reward vient de prendre la première place de mon top des scénarios de jeux les plus complexes et ingénieux, ça vous donne une idée de mon enthousiasme. J’en ai même fais une nuit blanche pour le terminer tant je ne pouvais décrocher des retournements de situations et révélations finales.

Je vous suggère d’ailleurs fortement de terminer le jeu à 100% en collectant tous les documents (via les seconds mots de passe de chaque énigme) car cela débloque une fin bonus qui est très importante puisqu’elle annonce la suite de la série, à savoir le troisième et dernier épisode de la trilogie déjà prévue. SPOILER – Mettez le texte en surbrillance : Cette dernière scène est encore plus énigmatique que le reste car on se réveille dans le corps du clone de Sigma mais en étant une conscience inconnue mais qui est au courant de tout ce qui s’est passé dans cet épisode. Cette conscience représente en fait le joueur lui-même, nous quoi, qui est bloqué dans une boucle temporelle où Sigma et Phi échouent dans le passé pour une mystérieuse raison, et ce n’est que quand le 3ème épisode sortira que nous découvrirons les événements qui ont mené à cet échec et nous seul pouvons le rectifier pour sauver le monde. C’est diablement bien pensé et ça a tendance à vous faire bouillir le cerveau !
Je pense d’ailleurs me faire prochainement le premier opus « 999  Zero Escape » pour mieux comprendre ce qui nous attendra d’ici 2014. Si j’avais su je l’aurais fait en premier, donc si vous en avez l’occasion faites-le avant Virtue’s Last Reward même si on comprend très bien ce dernier sans avoir joué au précédent.

virtueslastreward(9)
Une grosse partie de la thématique du jeu tourne autour de la confiance entre personnes.

Une histoire définitivement captivante, avec des personnages attachants bien qu’un peu clichés japonais par moment, mais vous vous rendrez compte que les apparences peuvent être trompeuses. A noter que le doublage audio est intégralement en japonais dans notre version Européenne, mais que le texte est en anglais uniquement donc si vous ne comprenez pas la langue ne vous y risquez pas car il y a énormément de lecture, Visual Novel oblige. D’autant plus que le jeu est très long, entre 30 et 40h de jeu selon votre assiduité aux énigmes mais avec principalement de très longues séquences de dialogues. De ce point de vue je reproche au jeu de tirer en longueur avec plusieurs passages assez lourds, comme ces séquences ridicules où on vous montre les déplacements sur la carte, avec des portes qu’on doit regarder s’ouvrir au fur et à mesure. Et ça dure bien 1h si on les compile toutes. Certains y verront de l’immersion, d’autres un moyen de rallonger la durée de vie inutilement. Heureusement il est possible d’accélérer les dialogues qu’on a déjà vus si on refait la séquence ou si on a déjà vécu ça dans une histoire parallèle, et ça s’arrête dès qu’on tombe sur une nouvelle réplique histoire de ne pas louper de nouveaux éléments. Pratique.

virtueslastreward(3) virtueslastreward(10)
Dans les bons points, malgré ses thèmes lourds le jeu propose pas mal d’humour pour un peu contraster avec le côté dramatique des situations.

 

Alors oui, le jeu n’est pas techniquement au point. Oui, le gameplay est un peu lourd. Oui, le jeu tire en longueur avec des séquences inutiles et quelques dialogues pas indispensables. Mais Virtue’s Last Reward est une véritable expérience à part, c’est une histoire immersive qui vous retournera le cerveau et vous prouvera que les jeux vidéo n’ont rien à envier aux meilleurs romans ou films… pour peu que vous ne soyez pas allergiques aux jeux avec 80% de dialogues. Ne vous y investissez qu’en connaissance de cause et allez jusqu’au bout du périple pour en comprendre tout l’intérêt. Personnellement ce fût un voyage que je garderai en mémoire jusqu’à la fin de mes jours.

Source des screenshots : Ces images sont tirées d’un peu partout sur le web car la méthode de capture d’écran sur Vita est assez lourde (la flemme).

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s