The Binding of Isaac, petit plaisir sadique

thebindingofisaac(titre)

Je me suis récemment attaqué à ce fameux jeu indépendant qui est un des fleurons de cette vague de jeux volontairement hardcore « pour les vrais gamers ». J’avoue que sa réputation m’a fait un peu craindre de m’y lancer et que ça fait un bail que le jeu est dans ma bibliothèque Steam mais n’avait jamais été installé. Mais je continue encore et toujours ma quête de rattraper tout ça et après plusieurs heures sur ce jeu je regrette de ne pas m’y être lancé plus tôt !

En bref
Il s’agit d’un jeu 2D vu de dessus où on évolue de tableaux en tableaux à la manière des premiers Zelda. On y incarne un foetus qui doit fuir sa mère dans le sous-sol de sa maison, et son chemin est parsemé d’embûches puisque pas mal de monstres et boss dégoûtants chercheront à le tuer, le tout dans une ambiance très malsaine et gore (bruitages, litres de sang, démembrements, ect) malgré le thème graphique sensé être mignon. Le but est simplement de survivre et aller de plus en plus profondément dans les niveaux dont la difficulté augmente très rapidement et qui sont aléatoires à chaque nouvelle partie. Pour vous aider, vous trouverez tout un tas de gadgets plus ou moins efficaces qui serviront à vous rendre plus résistants ou booster vos tirs ou même vous donner des pouvoirs spéciaux.

   thebindingofisaac(4)Et là, il n’y a que très peu de sang.

 

Ce que j’en retiens
 Un concept addictif pour peu qu’on adhère au challenge. Chaque partie est unique vu le côté aléatoire et on s’améliore à chaque session, allant de plus en plus loin et débloquant de plus en plus de choses.
 Et quand je dis challenge, je pèse mes mots. C’est vraiment un jeu hardcore qu’il vous sera impossible de terminer rapidement. Il faut apprendre ses mécanismes, ses astuces, ses ennemis, ect… Mais c’est du bon challenge qui motive et qui ne dégoûte pas.

thebindingofisaac(1)Ca devient vite très compliqué de ne pas se faire toucher.

 Le côté collection d’objets puisque le jeu de base en regorge. Votre Isaac évoluera de façon totalement différente à chaque nouvelle partie et pendant de nombreux runs ce sera l’occasion de découvrir à chaque fois de nouvelles fonctionnalités.

thebindingofisaac(3)Chaque salle aux trésors recèle une surprise plus ou moins utile.

 Des choix difficiles à faire. Que ce soit pour l’utilisation de ses clés pour soit ouvrir des coffres soit des portes, ou l’utilisation judicieuse des bombes, voir l’achat d’objets en magasin alors qu’on a très peu d’argent, ou même des pactes avec le diable pour gagner en puissance en perdant de la vie en contrepartie. Il y a même un casino où vous pourrez choisir ou non de miser votre argent pour différentes récompenses… ou pas. Et je ne vous parle pas de toute la gestion de l’objet secondaire qu’on porte car on ne peut en porter qu’un à la fois. Bref un choix fait quelques tableaux précédents peut avoir de lourdes conséquences plus tard et ça fait tout le piment des parties.

thebindingofisaac(2)A vous de choisir ce qui vous arrange le mieux au moment même.

 Grosse variété d’ennemis et des boss en bonne quantité dont certains sont vraiment ardus à abattre.

thebindingofisaac(5)Un des premiers boss du jeu, et forcément un des plus simples.

 En plus d’être difficile, le jeu est plutôt long, donc attendez-vous à y passer des dizaines d’heures si vous voulez arriver au bout.
 Un parti pris graphique simple mais original et bien gore avec son ambiance assez malsaine.

 

 

Mes déceptions
 Parfois profondément injuste. Il suffit qu’on tombe sur des gadgets peu utiles ou qu’on enchaîne des salles hardcore pour que la partie échoue.
 Le côté recommencer dès le début qui peu froisser. Les premiers niveaux sont vraiment simples et devoir se les refarcir à chaque retry est un peu agaçant à la longue.
 Les musiques, assez quelconques et répétitives.
 Pas de maniabilité au pad sans devoir passer par un programme tiers peu ergonomique…

 

 

Conclusion
Je ne sais pas si j’arriverai un jour à terminer ce jeu. Je fais plusieurs parties par jour avant d’échouer, d’être dégoûter en mode ragequit, et finalement avoir une envie irrésistible d’y revenir quelques minutes après. C’est le signe des bons vieux jeux d’antan. Je recommande vivement ce jeu à tous les gamers qui aiment la torture délicieuse d’un jeu intéressant, profond, mais qui nécessite beaucoup d’entraînement pour être maîtrisé. Et pour les fanas, il y a même une extension pas très chère qui rajoute énormément de contenu pour aller encore plus loin dans le trip. Pour ma part ce sera clairement mon fil rouge dans les mois à venir car je ne passe plus une journée sans m’en faire quelques parties, allant de plus en plus loin. Je ne manquerai pas de faire un billet si j’en viens à bout… Un jour !

 

 

Source des screenshots : Le jeu ne permettant pas de faire de screenshots facilement, je me suis servi sur le web pour illustrer mon article.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s