Muramasa Rebirth, la beauté tranchante

muramasa(pres)

J’adore les productions Vanillaware, mais ce Muramasa avait été une énorme frustration pour moi. Il fût d’abord annoncé comme une exclu pour la Wii, console qui ne m’intéressait absolument pas à l’époque. Plusieurs années plus tard, ayant finalement acheté une Wii à prix cassé à la fin de vie de la machine je m’étais procuré ce jeu en ayant eu un mal de chien à le trouver, jusqu’à me rendre compte qu’il n’était absolument pas adapté aux contrôles moisis de la Wiimote pour les jeux 2D et j’ai donc rangé la boîte par dégoût. Jusqu’à ce jour béni où l’exclu est tombée et que le jeu a débarqué sur ma petite Vita pour que je puisse enfin le déguster.

En bref
Il s’agit d’un jeu d’action en 2D se déroulant dans un univers inspiré du folklore médiéval japonais. Après avoir choisi l’un des deux personnages jouables votre but sera de progresser dans les niveaux en massacrant tout sur votre passage, jusqu’à l’objectif où un boss vous attend. Classique me direz-vous, mais ici votre parcours sera rythmé par l’obtention de lames de démons de plus en plus puissantes pour débloquer des barrières et pouvoir continuer l’aventure. Les plus importantes seront données au fur et à mesure de l’avancement de l’histoire, tandis que les autres pourront être forgées au fil de vos niveaux et des âmes que vous collectez sur vos ennemis afin de gagner en force de frappe.

 

Ce que j’en retiens
Les combats sont à la fois ultra dynamiques et beaucoup plus techniques qu’ils n’en ont l’air. Il faut être attentif aux mouvements ennemis et apprendre à parer ou contrer convenablement pour survivre, en surveillant la jauge de résistance des sabres sous peine de les briser en encaissant trop de dégâts.

muramasa(10)muramasa(11)Chaque combat est une partie de plaisir et les ennemis ne se laisseront vraiment pas faire.

 D’ailleurs, les combats contre les boss sont vraiment jouissifs. Ils sont difficiles mais dans le bon sens du terme, ça rend les affrontements épiques et j’ai retrouvé les bonnes vieilles sensations des jeux d’antan, ceux où je recommençais une bonne dizaine de fois avant de connaître le boss et de pouvoir le massacrer. Bien sûr, jouez en mode Chaos (l’équivalant du mode normal) pour que ce soit savoureux, pour peu que vous aimiez un peu de challenge sans pour autant verser dans le hardcore.

muramasa(12)muramasa(8)Chaque boss est unique en son genre et il faudra toujours redoubler de vigilance pour apprendre ses attaques.

 Et pour encore un peu plus de défis, il y a des stages spéciaux à débloquer au fur et à mesure de vos obtentions d’épées qui offrent des défis de plus en plus difficiles.

muramasa(13)J’en ai fait quelques-uns et à chaque fois c’était un sacré challenge comme ici où il faut survivre à plusieurs vagues d’ennemis.

 Le changement rapide entre les sabres, puisqu’on peut en équiper 3 et passer de l’un à l’autre en plein combat, en déclenchant une grosse attaque par la même occasion. Pratique pour changer d’un style de combat rapide à un autre plus lent mais plus puissant.
 Un large panel de sabres à débloquer au fur et à mesure via la forge. Chaque sabre a d‘ailleurs son attaque magique spéciale, ce qui change à chaque fois un peu les combats, il faudra donc en équiper trois qui se complètent bien.

muramasa(1)Avant de pouvoir débloquer tous les sabres il faudra pas mal de temps pour accumuler les niveaux et les ressources, sans parler du fait qu’ils s’obtiennent par paliers en progressant dans l’histoire. A faire avec les deux personnages évidemment.

 Aaaaah, Vanillaware. Ces maîtres de la 2D artisanale. Une fois de plus ils nous ont pondus là un jeu aux décors sublimes, certains plans sont magistraux et dignes de vraies peintures artistiques mais avec l’avantage d’être en plus très bien animées (il faut voir les décors dans les champs). Après Odin Sphere ils continuent de nous prouver que la 2D reste un style plein de vie.

muramasa(7)muramasa(5)muramasa(6)C’est assez joli en image, mais ça l’est dix fois plus une fois animé.

 Et esthétiquement cette ambiance très japonaise est très agréable, elle est d’ailleurs servie par une bande-son remarquable avec quelques thèmes qui restent dans la tête. A noter qu’on nous propose les voix japonaises, ce qui est toujours un bonus plaisant.

muramasa(14)Le moins qu’on puisse dire, c’est que c’est dépaysant !

 J’ai lu sur quelques avis du web que le jeu était très court, mais je me demande si on a joué au même jeu car je l’ai terminé une première fois en difficile avec Momohime (le perso féminin) en 8h30 sans m’attarder sur les combats annexes et en n’explorant pas toute la carte, puis 3h30 avec le personnage masculin en rushant, soit environ 13h de jeu. Il faut bien plus de temps pour obtenir toutes les lames Muramasa afin de débloquer les autres fins, et pour les joueurs hardcore il y a un mode « Fury » qui se débloque une fois le jeu terminé et qui vous donne un game over dès que vous vous faites toucher. Donc NON, le jeu est loin d’être court et vu le prix léger du jeu vous pouvez vous permettre d’investir dans les 4 DLC (que je n’ai pas testé mais qui sont, parait-il, pas mal du tout) pour rajouter encore plus de contenu.
 J’avais joué à la version originale sur Wii et j’avais été vachement rebuté par les contrôles peu pratiques sur la Wiimote. Cette version Vita a non seulement des touches proposant un gameplay beaucoup plus agréable, mais aussi des graphismes en HD et beaucoup plus éclatants sur l’écran de la Vita. Une superior version tout simplement, d’autant plus qu’elle propose 4 DLC inédits pour jouer avec 4 nouveaux personnages afin de satisfaire les fans qui n’en ont pas eu assez.

 

Mes déceptions
Les combats ont beau être techniques, je suis extrêmement déçu de constater qu’il n’y a aucune pénalité en mourant. Si vous échouez un combat vous recommencez directement sur le même écran avec votre barre de vie pleine et vos objets restaurés si vous en aviez utilisés, et ce sans la moindre punition. C’est donc limite une récompense de mourir puisque ça vous évite de devoir aller jusqu’aux sources chaudes pour restaurer votre santé… Autant vous dire que ça casse considérablement l’intensité des combats. Il n’y a que les combats de boss et stages spéciaux qui donneront donc un certain challenge comme dit plus haut, et encore ça reste à voir car vous pouvez vous gaver de vos objets de soin que vous aurez économisés tout le jeu puisqu’ils sont inutiles lors des petits combats vu l’enjeu quasi nul. Contre toute attente, même en mode difficile Muramasa est donc un jeu relativement simple, dommage…

muramasa(9)D’ailleurs c’est à se demander pourquoi ils ont intégré les sources chaudes un peu partout puisque même si elles restaurent votre santé vous vous en foutez un peu vu le respawn full life en cas de mort, ou encore les points de sauvegarde qui restaurent tout.

 Je suis également déçu de voir que les deux personnages jouables ont exactement le même gameplay. Seules les animations changent, ce qui fait très léger et ne motive pas vraiment à relancer l’aventure avec l’autre personnage une fois finie à cause de la répétitivité qui s’installe. Heureusement le scénario et les situations diffèrent, mais pas les décors évidemment… Un défaut que les 4 DLC de cette version Vita pourront amoindrir car au vu des vidéos que j’ai consultées ça m’a l’air d’être plus différent que le gameplay original.
 J’aurais aimé de pouvoir développer les possibilités d’attaque des personnages. Car le combo offensif reste toujours le même, seuls les pouvoirs des lames changent.
 Quelques aller-retour inutiles mais obligatoires pour continuer l’histoire. Et le pire c’est qu’il est possible de revenir sur les pas contre un peu de crédits, mais ça se débloque plus tard donc la première fois il faudra souvent revenir sur ses pas.

muramasa(4)Quand vous devez aller plusieurs fois d’un bout à l’autre de la carte il y a de quoi être agacé car ça ne fait que ralonger artificiellement la durée de vie.

 Il faut quand même admettre que le jeu est très linéaire et ne motive pas à explorer toute la carte car à part les combats spéciaux ça ne sert pas à grand-chose.
 Tout le côté plats à cuisiner pour se faire des objets ou booster sa santé est très anecdotique. En réalité j’ai eu bien assez avec les objets obtenus en combats, et je n’ai utilisé ce système que pour récupérer quelques points afin de pouvoir forger mes lames, soit pas du tout pour le but premier.

muramasa(2)De jolies animations de plats japonais mais tout ça pour pas grand-chose.

 Le jeu a une histoire relativement intéressante mais elle est très confuse à suivre. Ce sont essentiellement des dialogues (en anglais) et il faut s’accrocher pour retenir les noms.

muramasa(3)Il faut accepter le fait qu’on est en pleine fantaisie liée au folklore japonais traditionnel.

 

Conclusion
Le précédent jeu du studio, Odin Sphere, m’avait beaucoup marqué. Ce « nouveau » jeu un peu moins mais a lui aussi toute une série de qualités indéniables. Esthétiquement magnifique et au gameplay nerveux et jouissif, ce Muramasa est une très bonne pioche. Il lui manque cependant un petit quelque chose pour le rendre exceptionnel. Peut-être une histoire plus profonde ? Peut-être un gameplay plus fourni en possibilités ? Peut-être un challenge plus pimenté ? Certainement un peu de tout ça. Mais ne boudez pas votre plaisir : un jeu de cette trempe n’arrive pas tous les jours et ce sera dommage de s’en priver, personnellement j’y ai passé de très agréables moments. Par contre fuyez comme la peste la version Wii qui est juste désagréable à jouer, la véritable version du jeu est bel et bien sur Vita.

 

 

Source des screenshots : Réalisés moi-même sur ma PS Vita

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s