Le dématérialisé, mal nécessaire ?

Il n’y a pas si longtemps de ça, j’étais encore un fervent défenseur des jeux en boîtes et je maudissais l’expansion du marché du dématérialisé. Je refusais d’être dépendant d’un service qui, à tout moment, pouvait disparaître suite à une faillite par exemple. Je me posais sérieusement la question : qu’adviendra-t-il des jeux que les utilisateurs auront achetés et lesquels ne peuvent être utilisés que via la plate-forme concernée ?

On le sait tous, aucune société ne survit indéfiniment, même les plus grandes d’un jour finissent au bord du ravin tôt ou tard. Sony nous l’a récemment démontré, mais demain ça pourrait tout à fait être Apple ou Steam. Le fait de posséder le jeu en boîte est-il alors une sécurité ? J’ai longtemps pensé que oui, hors ce n’est pas du tout le cas. Un jeu en boîte, c’est un disque dont la durée de vie est limitée dans le temps. Votre CD/DVD/BluRay finira par devenir illisible et les données seront un jour perdues. Même vos anciennes cartouches ou cartes flash actuelles finiront par rendre l’âme. Il faudrait alors s’amuser à, tous les 10-15 ans, faire une copie complète de votre collection mais ce serait peine perdue car ce serait tout simplement incompatible avec les systèmes officiels. Autant se tourner vers le piratage si c’est pour faire ça… En plus de ça, un jeu en boîte est dépendant de la machine sur laquelle il tourne, et aucun appareil ne fonctionne indéfiniment.

demat(dessin1)

C’est ainsi que j’ai compris qu’il était plus intéressant de confier la sauvegarde d’un jeu à un service et de pouvoir à tout moment le récupérer adapté à la machine du moment (du moins sur PC, car sur consoles on a bien vu que rien n’était compatible entre la génération PS3-360 et PS4-One, un vrai scandale). De plus, si on part du principe qu’un jeu en boîte a une date de péremption, la crainte de voir un service couler dans un avenir plus ou moins proche devient bien moindre. Cela est conforté par le fait qu’on ne parle pas ici d’amateurs mais bien de grosses sociétés telles que Steam qui comptent plusieurs millions de consommateurs. Je vois mal une telle société mettre la clé sous la porte sans qu’il y ait un accord pour dédommager un minimum les clients : un rachat, un transfert de compte vers un autre service, ou encore la possibilité de récupérer tous les jeux pour les stocker sur disque dur avec une clé d’activation à vie pour que ça reste bien officiel. Quand je vois que des vagues de protestations sur le web pour des choses futiles comme changer la fin d’un jeu font bouger les auteurs, je ne doute pas que des solutions « à l’amiable » seront trouvées face au tôlé que cela provoquerait.

demat(dessin2)

Côté pratique, le dématérialisé permet aussi d’éviter de « perdre » tel ou tel jeu puisqu’il sera éternellement bien rangé. Et en parlant de rangement, il faut mentionner le gain de place évident de la chose. L’air de rien, un vieux gamer un minimum collectionneur aura accumulé pas mal de boîtes et consoles au fil du temps, et je vous invite à mettre tout ça au même endroit pour voir l’étendue du problème : tout le monde n’a pas la place de stocker tout ce matos. Et je ne vous parle même pas des soucis pour rebrancher telle ou telle machine pour jouer à un vieux jeu : c’est long, c’est chiant, et souvent ce n’est plus compatible avec les systèmes actuels. La puissance de la flemme : préférez-vous aller soulever les couches de poussière dans votre grenier à la recherche de votre vieille console, ou faire 2 clics pour télécharger et jouer à votre jeu d’époque ? Perso c’est vite vu.

demat(dessin3)

Enfin, dernier bon point évident : pouvoir acheter un jeu sorti il y a plusieurs années. Je ne sais pas vous, mais perso quand je veux acheter un jeu de la génération précédente, pour peu que le jeu n’ait pas été un méga hit produit à plusieurs millions d’exemplaires je dois remuer ciel et terre pour le retrouver, souvent sans succès ou dans un état de conservation déplorable. Le cycle de vie d’un jeu a toujours été très court, il disparaît en général des rayons de magasins quelques mois après sa sortie, selon son succès, et n’est plus produit en usines après ça. C’est ça ou alors il faut passer par le web et là les prix atteignent des sommes souvent ridicules.

demat(dessin4)

Pouvoir avoir ainsi accès à n’importe quel titre au fil des années est un avantage certain, surtout à des prix extrêmement faibles comme on peut en voir lors de soldes Steam ou autre. Non seulement c’est un avantage pour le joueur qui pourra acheter un jeu plus tard le temps d’en finir d’autres au lieu de l’acheter day one et le mettre dans un coin, mais c’est aussi un avantage pour les développeurs qui peuvent continuer à générer des revenus avec un produit créé il y a plusieurs années. On tient là enfin la rentabilité sur le long terme, il n’y a qu’à voir encore récemment les auteurs de Garry’s Mod qui déclaraient que ce jeu vieux de plusieurs années continuait d’engranger des revenus. Voilà qui aurait pu sauver pas mal de studios de la faillite face à un système où seules les premières semaines rentabilisaient un jeu, chose beaucoup trop risquée et de plus en plus casse gueule de nos jours.

demat(dessin5)

Bien sûr, tout n’est pas rose. A commencer par la multiplication inquiétante des plates-formes. Entre Steam, Metaboli, BattleNet, Origin, GOG, et j’en passe (PSN et Xbox Live dans une moindre mesure), on se retrouve désormais avec une multitude de programmes à gérer en parallèle et qui divise les communautés. Aujourd’hui il est impossible de tout centraliser sur une seule et même plate-forme. Je veux bien que la concurrence soit bonne pour obtenir les meilleurs prix par-ci par-là mais c’est tout autant un danger de voir une petite plate-forme fermer ses portes du jour au lendemain car écrasée par les adversaires, et là pas sûr de voir des compromis pour les consommateurs lésés contrairement à ce que je disais plus haut… Le tout est de savoir sur lesquelles miser.

demat(dessin6)

Autre gros souci : le fait de ne pas pouvoir revendre ou échanger les jeux dématérialisés puisqu’ils sont liés à un compte utilisateur. A moins de donner votre compte, mais alors vous ne pourrez pas jouer en même temps. Je me sens moins concerné par ce problème car je ne revends jamais mes jeux (pour la collection, mais il faut dire que je n’achète jamais un jeu plein pot), mais tuer ainsi l’occasion est une hérésie qui ne profitera pas à l’industrie malgré ce que les éditeurs pensent. Alors oui, on voit des lois apparaître tout doucement pour défendre la revente à des tiers, mais concrètement on peut être sûrs que c’est une chose qui n’ira pas en s’améliorant dans le futur…

 

Pour finir, n’oublions pas de parler des pauvres revendeurs de jeux qui devront irrémédiablement mettre la clé sous la porte, en tout cas dans leur business model actuel. Le débat est malheureusement le même que les disquaires à l’époque, il n’y a pas moyen d’arrêter l’évolution surtout face aux qualités qu’elle apporte. C’est assez triste car on a tous des souvenirs du plaisir d’aller acheter son jeu chez son revendeur qu’on connaissait bien. C’est là tout un autre débat que je ne vais pas initier ici, mais la réalité du marché est là : actuellement je n’ai plus aucun intérêt à acheter en magasin au prix fort ou en occasion à prix plus élevé que des jeux neufs sur le web, et en tant que consommateur on ne peut pas se tromper. C’est triste mais c’est ainsi… (J’en parlais dans mon article consacré à ce sujet)

 

Vous l’aurez compris, ma principale retenue envers le dématérialisé était l’incertitude de l’avenir des produits que j’achetais. Mais quand je pèse le pour et le contre, le pour l’emporte haut la main. Alors bien sûr certains n’auront plus le plaisir d’avoir leur bel objet en main qu’ils pourront contempler amoureusement, rangé proprement dans leur petite bibliothèque sous verre, voir même parfois sous blister pour les plus fanatiques d’entre eux. Mais franchement, changez de passion si pour vous le jeu vidéo se résume à ça. En attendant, le dématérialisé est plus pratique, plus avantageux et plus écologique pour la planète (on l’oublie trop souvent).

Publicités

Une réponse à “Le dématérialisé, mal nécessaire ?

  1. Article assez sympa sur l’avenir du dématérialisé et du physique, pour notre part chez http://www.game2game.com nous pensons que les deux doivent converger et permettre aux joueurs de disposer de leur achat à tout moment. Je rappel que la question de l’épuisement des droits est la seule question valable sur ce sujet car que vos jeux soient sur des serveurs ou sur une étagère, la vraie question est de savoir si nous avons la possibilité d’accéder à notre achat et avoir la possibilité de le céder comme tout produit. La problématique est que les constructeurs veulent absolument agir en circuit fermé afin de faire payer le consommateur sans intermédiaire tout en gardant la marge qui était destinée à la rémunération de cette distribution. Alors sera-t-il possible d’organiser la seconde vie du dématérialisé ? Rien n’est moins sur, mais cette bataille a déjà débuté sur le terrain des logiciels professionnels, cf arrêt de la cour de justice de l’Union européenne, qui a clairement établie qu’un créateur de logiciels ne peut s’opposer à la revente de ses licences « d’occasion » permettant l’utilisation de ses programmes téléchargés via internet (http://curia.europa.eu/jcms/upload/docs/application/pdf/2012-07/cp120094fr.pdf).
    Alors, les gamers vont-ils se réveiller et réclamer leurs droits, ou attendront-ils que les éditeurs passent à un modèle de location qui lui ne pourra souffrir d’aucune contrainte car le sujet de l’épuisement des droits ne se poserait plus. En ce qui concerne le fait que le dématérialisé est écologique, il faudra quand même prendre en compte la dépense d’énergie due à la communication entre les différents serveurs et autres machines qui servent à faire tourner le dématérialisé ainsi que son intercommunication.

    Ouissam
    Co fondateur game2game.com

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s