Dragon’s Crown, massacre entre amis

dragonscrown(pres)

Eh oui, je sais, je suis à la bourre. A la bourre car j’aurais dû tester ce fameux Dragon’s Crown depuis un bon moment vu comme il a été adulé à sa sortie, et au final j’ai attendu des mois mais son prix n’a finalement pas beaucoup baissé. Alors j’ai craqué car je suis un faible : il m’est trop difficile de résister à un jeu Vanillaware…

En bref
Il s’agit d’un mixe entre action-rpg et beat’em all 2D. Au début du jeu on nous propose plusieurs personnages représentant chacun une classe au gameplay unique. Un narrateur entre alors en piste et nous conte une histoire typiquement héroic fantasy, nous invitant à débuter une aventure pour sauver le royaume malgré nous. C’est ainsi qu’on se retrouve en compagnie de 3 autres personnages, mais pas n’importe lesquels puisqu’on peut jouer soit avec des alliés contrôlés par l’IA, soit avec des amis online ou en local. Car dans son principe Dragon’s Crown emprunte pas mal de mécanismes propre à un Diablo-like : parcourir des donjons à 4, récolter du stuff aléatoirement, accomplir des mini-quêtes et booster ses capacités.

 

Ce que j’en retiens
6 personnages jouables aux caractéristiques propres. Honnêtement ne faites pas attention aux recommandations de difficulté de départ, choisissez un style qui vous plaît vraiment. J’ai choisi le magicien en premier personnage et je n’ai eu aucun mal à bien le maîtriser. Globalement les touches d’action entre les classes sont les mêmes mais il y a chaque fois des variantes très importantes et les possibilités d’action évolueront rapidement au plus vous en débloquerez à la guilde à chaque nouveau niveau. Rien que ça assure une rejouabilité conséquente.
 Il y a énormément de choses à débloquer ! J’en parlais plus haut mais chaque nouveau level est l’occasion d’obtenir de nouvelles capacités ou attaques. Mais il y a aussi bien sûr tout l’aspect équipement avec énormément de loot à obtenir. Cela crée une motivation à avancer, de la même manière qu’un Diablo-like vous rend addictif, mais avec un vrai gameplay derrière qui n’est pas du bashing bête et méchant car il est primordial de maîtriser les esquives.

dragonscrown(6)Rien qu’au niveau des capacités il y a un choix énorme qui faire pas mal varier votre façon de jouer.

 D’ailleurs en parlant de loot, celui-ci est d’autant plus addictif car vous recevez vos objets à la fin du donjon mais on vous donne uniquement son niveau, son rang (E étant le plus minable) et éventuellement s’il aura des caractéristiques spéciales, mais vous n’en saurez pas plus. Il faut alors jouer à la loterie en faisant examiner les objets à la boutique contre de l’argent et révéler les statistiques, au risque d’être déçu (ou surpris !).

dragonscrown(5)dragonscrown(8)On ne reçoit ses loot qu’à la fin du donjon, et c’est à ce moment là qu’il sera temps pour vous d’évaler ce qui vaut la peine d’être analysé ou vendu tel quel.

 Il y a une bonne variété d’ennemis ayant chacun leur comportement. Les combattre est un plaisir car ils ne sont généralement ni trop abusifs ni trop simples.
 Et puis question variété, il faut reconnaître que le jeu fait beaucoup d’efforts pour nous surprendre constamment avec des situations inattendues. Entre un tapis volant à protéger, un poulpe qui attaque notre bateau, des torches à ramasser pour repousser des fantômes, une porte à défoncer avec un canon, et bien d’autres, il est très drôle de découvrir les donjons.

dragonscrown(1)Il est aussi possible de monter certaines créatures pour attaquer, ou de ramasser des armes à usage limité comme des arbalettes très puissantes.

 Les boss jouissent de la même constatation car il n’y en a pas un qui se ressemble, et de temps en temps il faudra même réfléchir un peu sur la méthode pour les tuer plus efficacement.

dragonscrown(4)La plupart des boss sont d’ailleurs très imposants.

 Visuellement féérique, je dis ça à chaque jeu Vanillaware mais ce sont de vrais artisans de la 2D dessinée à la main. Dans ce jeu-ci ils ont opté pour une représentation disproportionnée des personnages mais ça marche plutôt bien (sauf au niveau des bustes, voir plus bas).
 Et puis techniquement on a beau être sur du scrolling 2D ça explose pas mal à l’écran. Voir tous les sprites et les effets visuels dans tous les sens est impressionnant, tellement qu’il parait que sur Vita ça rame un peu en cas de surcharge mais sur ma version PS3 c’est très fluide.

dragonscrown(3)L’écran est souvent innondé d’effets spéciaux. Certains reprocheront à cela que ça frend l’action confuse, ce qui est vrai, du moins au début car après quelque temps on s’y habitue et ce n’est plus un problème.

 La bande son du jeu m’a fait penser au meilleur de Vagrant Story, une référence qui est un vrai gage de qualité.
 Je n’ai testé que le mode multijoueurs en local mais il est très convivial de jouer avec des amis car le jeu s’y prête très bien. Le mode solo est bien sûr très fun lui aussi mais jouer avec des IA n’est pas aussi amusant bien que les bots fassent plutôt bien le travail. J’aime aussi l’aspect gestion de la trésorerie en commun qui évite les bagarres de loot en donjon et qui force à la coopération pour bien répartir l’équipement entre tout le monde.
 Il y a une légère tendance à forcer le joueur à faire des donjons en boucle avant de se lancer dans la fin du jeu, mais globalement le contenu brut est satisfaisant avec ses 8 donjons séparés en 2 sections, donc 16 chemins à parcourir, sans parler de la multitude de quêtes annexes qui forcent à tout fouiller de fond en comble. Comptez une quinzaine d’heures pour finir le jeu…

dragonscrown(2)Il y a beaucoup de salles plus ou moins bien cachée à découvrir.

 … Et puis comme un Diablo, finir une première fois le jeu n’est que la première étape. En effet, une fois les crédits de fin terminés on nous annonce qu’il y a deux nouveaux modes de difficulté, et ainsi on vous rend vos personnages avec le même level et stuff mais on vous remet à zéro tous les donjons et le niveau de difficulté augmente radicalement. Il faut donc refaire toute l’histoire mais avec un véritable challenge et donc forcément avec la quête du loot de plus en plus puissant qui continue. Si vous adhérez à ce genre de procédé, le jeu promet alors une durée de vie énorme, surtout que vous pourrez vous amuser à tout recommencer avec un autre héros histoire de varier les plaisirs. Enfin, une fois le jeu terminé vous débloquez l’accès à un labyrinthe qui est en fait un mix aléatoire des donjons mais à la difficulté croissante et avec des récompenses à la clé. Et il y a même une arène qui est en fait un mode PvP entre joueurs.
 Les phases de cuisine qu’on a parfois entre deux donjons. C’est un mini-jeu très bête mais avec des amis c’est très drôle ^_^ !

 

Mes déceptions
Je n’ai pas essayé online mais quand on joue avec des potes en local il est extrêmement agaçant de devoir entrer dans les magasins ou la guilde chacun son tour pour pouvoir organiser son personnage indépendamment, pareil pour le menu d’équipement, chacun doit y entrer à son tour et bloque les autres pendant ce temps. Je suis sûr qu’il y aurait eu moyen de caser tout le monde sur le même écran pour gagner du temps, ok ça aurait fait moins d’artworks dans les menus mais ça aurait été bien moins frustrant. S’en est aberrant au point que si le joueur 1 sélectionne des quêtes annexes ça ne les valide pas pour le joueur 2 tant que ce dernier n’a pas lui aussi sélectionné les quêtes…
 Toujours en multijoueurs local, je trouve que la gestion de la caméra a tendance à foirer. Si les joueurs ne s’entendent pas sur la direction, la vue perds les pédales et fait des va et viens très désagréables. De même si les joueurs utilisent leur curseur en même temps sur les décors. Et je ne vous explique pas la galère pour cliquer sur des runes quand les autres joueurs bougent, entraînant la caméra avec eux…
 D’ailleurs en parlant de runes, le jeu propose un système de combinaisons de symboles pour activer des pouvoirs spéciaux par salle de donjon (soin global, pétrification des ennemis, spawn d’armes, boost d’attaque, ect…) mais ne prend pas la peine de vous fournir une liste de combinaisons. Enfin si, mais en ville… A vous donc de retenir les combinaisons de 3 symboles, très peu pratique dans un jeu où l’action prime. Mais le plus idiot est qu’en fait il n’y a à chaque fois qu’une seule combinaison qui fonctionne, donc dans les faits vous allez à chaque fois cliquer sur les deux runes de la salle et essayer toutes vos pierres une par une jusqu’à tomber sur celle qui fonctionne. Ca casse le rythme et en toute franchise j’ai terminé le jeu sans souci sans les utiliser une fois que j’ai compris l’arnaque. Peut-être que la difficulté maximum impose de maîtrise ce système mais bon c’est peu globalement pratique et en fait très chiant à utiliser.
 De temps en temps je me suis énervé en ne comprenant pas pourquoi je me faisais toucher par une attaque de boss. Il faut avouer que l’esquive fonctionne parfois de manière approximative, et non ce n’est pas ma faute :-p !
 Les quêtes secondaires sont nombreuses mais on ne peut en prendre que 5 à la fois, ce qui allonge artificiellement la durée de vie car vous devrez à chaque fois rentrer en ville pour en changer, ce qui casse vos bonus d’exploration. De plus, beaucoup de quêtes sont très vagues et trouver la solution est parfois impossible par soi-même.
 Quelques détails agaçants, comme devoir cliquer manuellement avec le stick droit du pad sur les coffres pour les faire ouvrir. Pourquoi ne pouvait-on tout simplement pas juste rendre ça automatique ou la limite attribuer ça à un simple bouton ? Car avec les problèmes de caméra dont je parlais ci-dessus ça fait parfois rager. Autre souci, ne pas pouvoir revenir dans une salle déjà visitée. Idem, il y a de quoi rager quand on est sorti d’une salle annexe sans faire gaffe.
 Mettre de grosses poitrines dans un jeu c’est une chose, je suis un homme je ne vais pas m’en plaindre :-p ! Par contre il y a des limites à ne pas dépasser. Dans ce jeu c’est très clairement absurde et si certains s’en amusent ou y voient une vision artistique, moi je suis désolé mais je trouve ça too much. On va passer le cas de la sorcière avec une paire gigantesque et physiquement impossible, mais il y a clairement des artworks très suggestifs et vraiment vulgaires (genre la femme qui écarte les jambes avec un regard très provocateur). C’est d’autant plus perturbant que ça flirte avec un côté beaucoup plus enfantin (la petite souris ou la fée). Enfin bref je suppose que ça a contribué à faire parler du jeu donc si ça a fait vendre plus d’exemplaires tant mieux pour eux mais ça n’arrange pas l’image immature du média.

dragonscrown(9)Bon, là c’est très très soft comparé à d’autres images très tendancieuses. Mais bon quand même, imaginez que vous vous baladez dans un donjon après avoir massacré des araignées dégueulasses, puis boum à l’écran suivant vous tombez là-dessus. Totalement hors de propos.

 Certains y verront une qualité mais personnellement je trouve que la mort n’est pas assez pénalisante. On a droit à plusieurs vies (3 au début), puis lorsque le compte est épuisé on peut utiliser un Continue qui redonne 3 vies en échange de très peu d’or. Ok la somme d’or augmente à chaque Continue et notre équipement se casse à la longue mais je trouve que ça n’encourage pas à améliorer son style de jeu… du moins durant le premier run du jeu car au second ça se corse vachement avec la difficulté augmentée.
 L’histoire et les dialogues sont contés par un narrateur. Intégralement. A la manière de Bastion ou de Trine. Si en temps normal j’aime bien ce procédé, j’ai trouvé qu’ici ça ne s’y prêtait pas très bien car il y a beaucoup de personnages et au final on n’entend jamais leurs voix. Pire, puisque le jeu nous incite à recommencer plusieurs fois le même donjon on entend en boucle les mêmes dialogues du narrateur qui recommence son histoire…

dragonscrown(7)Une seule voix durant tout le jeu, je trouve que ça casse l’envie de suivre l’histoire.

 

Conclusion
Vous l’aurez compris, j’ai aimé ce Dragon’s Crown malgré ses défauts évidents mais il faut vraiment prendre conscience de ce qu’il a à offrir avant de s’y lancer. En fait c’est très simple : c’est un excellent jeu à faire avec des amis ou des gens en ligne, mais je ne pourrais pas le conseiller en solo car le plaisir serait bien amoindri. L’histoire est ainsi très sommaire et on l’ignorera totalement. Si vous n’avez peur de recommencer plusieurs fois le jeu, vous pourrez en en tirer son vrai potentiel. C’est en définitive un mixe très réussi entre un Diablo pour tout l’aspect carotte du loot et progression, et un vrai gameplay nerveux et de plus en plus passionnant voir exigeant au plus la difficulté augmente, garantissant une durée de vie conséquente aux plus acharnés.

 

 

Source des screenshots : Comme d’habitude avec les jeux PS3, je n’ai pas de quoi faire de captures d’écran décentes donc j’en ai pioché quelques-unes par-ci par-là sur le web. Vivement la PS4/One pour que ce soit aussi simple que sur PC… 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s