Bioshock : Tombeau Sous-Marin, DLC certes… mais de qualité

bioshockinfinitedlc(titre)

Bioshock Infinite est un jeu qui a subi de plein fouet la mauvaise foi des gens. Victime d’un buzz positif certainement exagéré à sa sortie (il n’était pas parfait), il a essuyé des critiques tout aussi excessives plusieurs mois après sa sortie. Pourtant, plus d’un an après je maintiens mon opinion : c’était et ça reste un excellent jeu. J’ai encore l’histoire gravée tant elle m’a surpris et bouleversé, donc l’arrivée de son gros DLC « Tombeau Sous-marin » (ou « Burial at Sea ») m’a fortement enthousiasmé, et à juste titre : c’est un indispensable.

 

Avant d’aller plus loin, je déconseille fortement à ceux qui n’ont pas terminé Infinite de lire cet article et je vous invite à y jouer au plus vite. Quant aux autres pas de panique, je vais bien couvrir les spoilers pour ne rien vous gâcher, vous pouvez donc parcourir cette page sans crainte.

 

Alors qu’est-ce que ce DLC ? Ce n’est rien de moins que la suite de Infinite, après qu’Elizabeth ait empêché l’ascension de Comstock, alias Booker. Pourtant, le jeu commence à nouveau dans la peau de ce dernier, dans son bureau de détective. Débarque alors Elizabeth, avec un tout nouveau look, qui vient demander les services de notre héro pour retrouver une petite fille mystérieuse nommée Sally. Les deux personnages ne se connaissent visiblement plus, et on découvre qu’on se situe en fait à Rapture…

bioshockinfinitedlc(1)Même si on n’en voit qu’une partie, observer Rapture avant sa chute est un vrai plaisir.

 

Une mise en situation très étrange qui pose plein de questions, mais rassurez-vous : tout trouvera une réponse car l’objectif premier de ce DLC est de lier scénaristiquement Bioshock 1 et Infinite d’une façon extrêmement ingénieuse. De ce fait, il est fortement conseillé d’avoir terminé le premier opus de la série pour bien comprendre toutes les subtilités et clins d’½il qui pullulent. Soyez certains que la trame de ce DLC est très travaillée et indispensable à tous fans de la série.

bioshockinfinitedlc(14)bioshockinfinitedlc(2)On retrouve quasiment tous les éléments du Bioshock original.

 

Mais tout ajout scénaristique mis à part, que valent ces deux épisodes qui compensent ce gros nouveau chapitre ? Et bien le moins qu’on puisse dire c’est que les développeurs n’ont pas été faignants comme on aurait pu le craindre avec le retour à Rapture. Les environnements sont quasiment tous inédits et apercevoir la cité intacte est un plaisir pour les yeux. On finira par se retrouver propulsé dans la prison d’un certain Atlas, balancée au fin fond de l’océan par Andrew Ryan (voir événements de Bioshock 1), et à partir de là on retrouve la même thématique des jeux précédents avec les décors sombres et abandonnés, mais toujours à l’ambiance et la mise en scène bien travaillées. Ça fait plaisir de voir un DLC avec du budget et non pas du recyclage facile.

bioshockinfinitedlc(3)bioshockinfinitedlc(12)Certaines scènes méritent d’être observées un instant vu leur beauté.

 

Il y a eu un réel effort aussi concernant le gameplay. L’épisode 1 reste toutefois très classique dans la peau de Booker avec Elizabeth qui nous accompagne pour refiler des munitions/soins et crocheter des serrures. A ce niveau on peut dire que c’est identique à Infinite, il y a même le grappin pour jouer avec les rails.

bioshockinfinitedlc(6)bioshockinfinitedlc(7)bioshockinfinitedlc(4)Tout le gameplay d’Infinite a été transposé dans l’épisode 1.

 

En revanche l’épisode 2 est l’occasion d’incarner Elizabeth (ce n’est pas un spoil…), ce qui change radicalement l’approche face aux ennemis. Etant plus frêle que Booker, il faut jouer principalement de façon furtive, et pour ce faire elle dispose de nouveautés inédites. La première est une petite arbalète qui permet d’utiliser des différents types de carreaux : des tranquillisants, des fumigènes et des leurres sonores dignes d’un Splinter Cell. Elle dispose aussi de ses propres plasmides dont un qui permet de voir brièvement à travers les murs et de se rendre invisible. J’ai trouvé ce style furtif qui oblige à se déplacer lentement, et sans bruit, très pertinent, surtout après Infinite et l’épisode 1 très bourrins. On récupère aussi des armes classiques mais il y a très peu de munitions et encore moins d’argent à ramasser. Enfin, un petit mot rapide aussi sur la capacité d’Elizabeth à crocheter les serrures, qui s’apparente à un mini-jeu très facile, et permet d’ouvrir les portes ou de désactiver les tourelles automatiques.

bioshockinfinitedlc(9)L’arbalète est sympathique et permet de piéger les ennemis.

bioshockinfinitedlc(5)bioshockinfinitedlc(8)La capacité d’analyse d’Elizabeth lui permet de venir à bout des serrures. De temps en temps elle se fera aussi un schéma mental de ses objectifs avec un effet graphique sympathique.

bioshockinfinitedlc(10)Les tourelles sont vraiment très dangereuses vu qu’on peut difficilement les exploser. Il faudra s’infiltrer dans leur dos pour les désactiver.

bioshockinfinitedlc(13)Le plasmide invisible permet de se sortir de pas mal de situations délicates, au risque parfois de rendre la chose trop facile en permettant de zapper une salle entière en fonçant vers la sortie sans être vu.

 

Mon avis sur l’histoire : SPOILER – Mettez le texte en surbrillance : Tout ce qui se passe est en fait un sacrifice d’Elizabeth pour sauver la petite Sally, devenue petite s½ur. Grâce à ses pouvoirs de visions de toutes les possibilités des mondes parallèles, elle avait entrevu dès le début que la seule façon de la sauver était d’aider Atlas au prix de sa propre vie, en lui fournissant la fameuse clé permettant de contrôler Jack (du premier Bioshock) avec la fameuse phrase « je vous prie ». En réalité ce DLC relie admirablement la grande boucle de cette série. On y voit le début de la chute de Rapture, laquelle est finalement causée par Elizabeth dans le but de mener à la fin de Bioshock 1. Bon c’est grossièrement résumé car il y a beaucoup de subtilités au niveau de la perte de pouvoirs d’Elizabeth, l’intervention des deux Lutèce, ou encore le rôle du Booker de cet univers. Et j’adore particulièrement les détails qui expliquent les liens entre Rapture et Columbia, ou la fondation des bases de Bioshock 1. Bref j’ai été enchanté par cette nouvelle histoire qui est une véritable déclaration d’amour aux fans. 

bioshockinfinitedlc(15)Un exemple de détail qui fait plaisir aux fans : on assiste au début de l’amour entre les petites soeurs et les big daddy.

 

Et vient enfin la question qui fâche : la durée de vie. La réponse est très simple : pour ma part c’est 2 heures pour le premier épisode et 4 heures pour le second, sans particulièrement flâner ou tout fouiller. Ça ne semble pas trop mal mais à 15 euros l’épisode, soit 30 euros, c’est très léger. On a là des DLC de très haute qualité qui sont juste vendus un peu trop chers. C’est pourquoi je ne l’ai pas pris à sa sortie et j’ai attendu quelques mois pour obtenir un season pass (les 2 épisodes + un mode supplémentaire) à 10 euros, et autant dire que qu’à ce tarif je ne regrette absolument pas mon achat. Je vous suggère de faire de même pour évacuer toute frustration éventuelle même si on a connu plus crapuleux (même prix que Ground Zeroes pour 3 fois plus long).

 

Bref si vous avez aimé Infinite ce n’est finalement pas si cher payé pour l’aventure qui vous est ici proposée et vous retournera le cerveau. Personnellement j’ai été à la fois très impressionné et ému de ce chapitre ultime, et je ne peux que le conseiller vivement car il réussit à avoir un bien meilleur rythme qu’Infinite et rafraîchit un peu le gameplay répétitif qu’on pouvait reprocher au jeu de base. Si seulement tous les DLC pouvaient aussi bien prolonger l’expérience initiale j’en achèterais beaucoup plus, hélas il faut se contenter des quelques perles qui apparaissent de temps en temps, comme ce Tombeau Sous-Marin.

 

 

Source des screenshots : Réalisés moi-même sur mon PC

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s