Ether One, au-delà du jeu

etherone(titre)

Le jeu vidéo a beau évoluer, les clichés ont la vie dure. Certains me disent encore que ce média est incapable d’égaler un bon film ou un bon livre. S’ils ont raison dans la plupart des cas, avouons-le, il existe certaines perles qui prouvent le contraire. Ether One en fait partie et se paye le luxe de fournir une expérience inégalée à ce jour. Oui, c’est du lourd.

_

Pour faire simple, il s’agit d’un jeu d’aventure très porté sur son scénario et qui se joue en vue FPS. On y incarne une sorte de « technicien de l’esprit » qui, grâce à une machine révolutionnaire, est capable d’entrer dans les souvenirs d’une personne afin de l’aider à guérir de syndromes de démence. Aidé par une doctoresse, Phyllis, qui gardera contact avec nous tout au long du jeu, on explorera le passé virtuel du patient afin de « nettoyer » sa mémoire en débloquant des moments forts de sa vie.

etherone(a)

Soyez prévenus : Ether One ne comporte pas de combats ou de scènes d’action. On a là un jeu purement narratif dont le gameplay est uniquement axé sur l’exploration et la résolution d’énigmes. Et attention, il s’agit de puzzles difficiles… TRÈS difficiles. C’est la véritable force du jeu car il pousse à utiliser un esprit logique, d’observation et de déduction rarement vu dans le genre. Il faut vraiment prendre des notes, établir des relations entre les indices, se souvenir de choses qu’on a fait dans les lieux précédents, se poser des questions pertinentes, ect… Je ne suis pas un expert des jeux d’aventure donc mon avis est peut-être biaisé mais je n’ai jamais vu un tel degré de complexité dans les mystères à résoudre.

etherone(e)

Et là je sens que je vous perds en vous effrayant. Il y a de quoi, car en toute franchise peu de personnes pourront se vanter de venir à bout de tous les casse-tête sans soluce, moi y compris. Il faut aimer se perdre pendant des heures dans une zone et observer le moindre détail. Heureusement il existe une alternative pour les joueurs qui souhaitent juste suivre l’histoire en profitant de l’ambiance. En effet le jeu se compose de 3 chapitres qu’il est possible de parcourir en se contentant de se balader et récupérer 8 rubans par niveau qui sont légèrement cachés mais tout de même facilement trouvables car ils émettent un petit son. En fait, les 20 énigmes sont toutes facultatives et permettent d’en apprendre plus sur le contexte du scénario, et surtout ça débloque une 4ème zone qui mène à une fin alternative une fois complétée.

etherone(d)

Qu’on se le dise, il n’y a pas de honte à faire le jeu sans s’intéresser aux énigmes. Il est vrai que c’est le cœur du jeu mais son ambiance et son histoire se suffisent à elles-mêmes. On se promène en découvrant la vie du patient et c’est finalement très agréable car même si on ne rencontre techniquement personne les doublages sont admirablement réussis et on se laisse porter par le récit. Mais il faut bien comprendre que ce qu’apportent ces énigmes est une véritable couche supplémentaire au scénario et elles sont elles-mêmes des éléments de l’histoire. J’ai beaucoup de peine à vous expliquer en quoi sans vous spoiler mais il faut savoir que lorsque vous arriverez à la fin du jeu tout sera plus clair et vous vous rendrez compte d’à quel point tout vous a été présenté de façon subtile et élégante. Et au pire des cas je vous invite à regarder la véritable fin sur Youtube (APRES avoir eu la « normale » hein) pour comprendre de quoi je parle.

etherone(c)

Finalement si on aime le genre il n’y a pas grand-chose à reprocher au jeu. L’atmosphère qu’il dégage est très réussie, la mise en scène avec les bouts de phrases ou les petits événements abstraits est bien amenée, et le scénario traite admirablement bien le sujet très lourd que sont les maladies de l’esprit. C’est juste dommage qu’on puisse terminer l’aventure en moins de 2 heures si on ne s’attarde pas sur les énigmes, lesquelles pouvant allonger la durée de vie de manière considérable selon votre âme de détective. Je tenais aussi à mettre un point négatif sur la gestion de l’inventaire car ok il est très original d’avoir une sorte de hub central où on peut se téléporter à n’importe quel moment pour y consulter les indices et y stocker des objets, mais ce n’est qu’un inventaire alourdi et il devient vite pénible de s’organiser avec la tonne d’objets à ramasser (dont 95% ne sert à rien) sachant qu’on ne peut en porter qu’un à la fois.

etherone(b)

Soit, même si le jeu mériterait qu’on en parle davantage je ne vous en dirai pas plus car il faut le découvrir par soi-même pour vraiment comprendre sa profondeur. Tout ce que je peux vous dire c’est que c’est à faire absolument si vous aimez la narration dans un jeu. Bref qu’on ne vienne plus me dire que le média jeu vidéo ne mène à rien car il prouve une fois de plus aujourd’hui qu’il peut procurer des émotions allant beaucoup plus loin qu’un simple film ou livre. C’est dit.

_

etherone(titre2)

_

etherone(3)etherone(10)Les rubans sont la clé pour pouvoir débloquer la suite de l’histoire. Il faudra un peu fouiller pour trouver les 8 de chaque niveau mais rien d’insurmontable…

etherone(13)etherone(12)… contrairement aux projecteurs qu’on n’est pas obligé de réparer mais qui sont un plus au scénario.

etherone(8) etherone(9)etherone(7)Mais pour ce faire il faut passer par les énigmes très hardcore qui nécessitent d’être attentif aux moindres détails et même de parfois créer des relations avec des indices des précédentes niveaux. Ce n’est jamais impossible de trouver mais c’est parfois bien tiré par les cheveux. Bon courage.

etherone(1)etherone(2)Le hub est le quartier général où on stocke ses objets et consulte ses indices. Pas évident de s’en sortir quand on accumule trop d’objets, lesquels sont pour la plupart inutiles, ce qui complique d’autant plus la résolution d’énigmes.

etherone(6)Petit conseil, n’oubliez pas que beaucoup d’énigmes sont basées sur la recherche d’informations qu’ils faut réécrire sur des feuilles ou tableaux.

etherone(14)Le système de téléportation via le Hub aurait pu être plus précis pour éviter des allers-retours fastidieux mais on fait avec.

etherone(5)etherone(15)Graphiquement c’est un peu quelconque mais c’est surtout l’ambiance visuelle et sonore qui font mouche.

etherone(4)

etherone(11)

Les quelques passages où l’esprit se détraque ou quand on explore les « core memory » sont vraiment très bien mis en scène, dommage qu’il n’y en ait pas plus.

_

Mon avis sur le scénario

[SPOILER – Mettez le texte en surbrillance]

Le jeu nous fait croire que nous sommes un scientifique qui explore et tente de réparer l’esprit d’une dénommée Jean. Sauf qu’en fait tout est subtilement mis en scène pour nous faire comprendre petit à petit que nous sommes nous-même le patient atteint de démence, Thomas, et qu’il n’y a jamais eu de machine d’exploration de la mémoire mais que l’esprit de de ce fameux Thomas a tout inventé en réaction aux tentatives de traitement du docteur Phyllis.

On navigue ainsi dans un monde de science-fiction imaginaire basés sur l’enfance difficile de Thomas et sa relation avec sa femme Jean qui est morte quelques années auparavant. Le hub est quant à lui une reconstitution subtile de la chambre de la clinique où il se trouve dans le monde réel.

Ainsi Phyllis déclenche des réactions mémorielles très fortes avec des objets du passé de Thomas et celui-ci y réagit en conséquence dans son monde imaginaire, lui permettant de vaincre la maladie.

J’ai trouvé ce procédé extrêmement bien trouvé et surtout très subtil car on a plein d’éléments dans le monde imaginaire qui sont directement liés à la chambre de Thomas.

Finalement c’est une approche très intéressante sur les symptômes de démence. La fin normale est très triste car on comprend que Thomas a fait des progrès grâce à cette thérapie mais n’est clairement pas guéri et semble replonger dans l’obscurité. En revanche la fin complète est beaucoup plus optimiste car il retrouve son esprit et peut rentrer chez lui en compagnie de son fils.

Publicités

2 réponses à “Ether One, au-delà du jeu

  1. Je découvre ce titre et je dois dire que tu as vraiment piqué ma curiosité à vif !
    j’ai bien envie de le tenter mais les énigmes me dépriment par avance :/

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s