Cloudbuilt, et vous pensiez que Dark Souls était difficile…

cloudbuilt(titre)

Le domaine du Speed Run, cette pratique qui consiste à terminer des jeux le plus rapidement possible, est très à la mode en ce moment. Je suis à chaque fois bluffé de regarder les astuces que trouvent les joueurs pour aller toujours plus vite dans des jeux qui ne sont pas faits pour. Ca tombe bien, c’est dans l’optique de s’adresser à ces joueurs que Cloudbuilt a été conçu.

_

Le premier contact avec ce jeu est très étrange. Il y a déjà cette patte graphique très curieuse, entre du cellshading et du dessin pastel et crayonné, qui donne une impression bizarre mais finalement très originale. Mais je ne vais pas m’attarder davantage sur ce sujet car l’intérêt du jeu n’est clairement pas là. Le gameplay est en effet au centre de l’expérience et a de quoi dérouter puisque les premières minutes sont laborieuses : déplacements ultra-rapides et secs, lourdeur du personnage et manipulations qui peuvent sembler complexes de prime abord. Pas de doutes, Cloudbuilt nécessite de s’adapter à sa jouabilité qui n’en est pas mauvais pour autant, bien au contraire.

cloudbuilt(11)Avant de réussir ce genre de passage, il vous faudra apprendre à maîtriser le jeu comme il se doit.

_

Le but du jeu est très simple : franchir des obstacles pour arriver à la fin du parcours. C’est aussi bête que ça mais c’est loin d’être facile. Il faut apprendre à dompter les capacités de son personnage, lesquelles sont finalement très simples : double-sauts, propulsion, course sur les murs et escalade rapide. Ces quatre actions permettent une mobilité exemplaire mais nécessitent de l’énergie qui est en quantité très limitée donc il faut calculer ses déplacements pour éviter de tomber à sec et tomber dans le vide. Les niveaux sont ainsi composés d’une multitudes d’obstacles et de chemins torturés qui imposent de jongler entre ses capacités.

cloudbuilt(1)Le plus important est de surveiller sa jauge d’énergie pour franchir toutes les épreuves sans chuter.

cloudbuilt(2)Apprendre à bien prendre appuis sur les murs est primordial pour rediriger sa course et épargner quelques précieuses secondes d’énergie.

_

Et ça se complique avec des parcours de plus en plus longs mais aussi avec l’apparition d’ennemis qui perturbent la progression. On a donc les grosses tourelles qui balancent des rangées de disques difficiles à éviter, les petites tourelles qui tirent simplement, des sortes de crabes qui se jettent sur nous, et les pires de tous : de petites saloperies volantes qui suivent le joueur jusqu’à la mort. Vous disposez heureusement d’un revolver à six coups et aux munitions illimitées mais qui doivent se recharger. Sauf que ce n’est pas si simple puisqu’une fois sur deux les ennemis disposent d’un bouclier qui renvoient vos balles, les rendant invincibles (ou alors je n’ai pas compris comment s’en débarrasser). Autant dire que les saletés volantes avec bouclier vous poursuivront éternellement jusqu’à vous exploser en pleine face.

cloudbuilt(4)Les boucliers sont très frustrants car non seulement l’ennemi survit mais il peut aussi vous renvoyer vos tirs.

_

Oui, Cloudbuilt est un jeu difficile voire cruel. Au même titre que l’énergie, la barre de vie se vide rapidement et le moindre tir ennemi vous fera perdre l’équilibre en pleine acrobatie. Pire, un peu plus loin dans le jeu on trouvera une multitude de pièges à déminer ou à esquiver sous peine d’être tout simplement tué en un coup. Il faudra aussi veiller à ramasser des sources d’énergie en pleine manœuvre pour prolonger par exemple sa propulsion lors de l’escalade d’un mur. Vraiment pas évident, et bien entendu vous n’avez qu’un nombre de vies limité ainsi que peu de checkpoints.

cloudbuilt(9)Le moindre contact avec une de ces boules rouges et c’est le KO direct.

cloudbuilt(10)On peut utiliser l’énergie beaucoup plus longtemps grâce à ces orbes.

_

Mais c’est pourtant ça qui fait la force de Cloudbuilt : le jeu est difficile mais jouissif malgré la frustration. Pas de chargements entre les morts, on repart immédiatement en piste et on enchaîne les morts rapidement mais en s’améliorant peu à peu à chaque fois. Il est clair qu’au tout début j’avais un mal fou à gérer le personnage, mais après quelques heures j’étais capable de courir sur les murs en gérant mon accélération tout en tirant sur des ennemis à distance. Il n’y a aucun aspect RPG, et donc aucune capacité à améliorer, mais c’est bel et bien votre dextérité qui s’améliore. Il y a une réelle marge de progression qui fait plaisir, si bien qu’une fois le tout maîtrisé le gameplay dévoilera tout son potentiel ultra énergique et nerveux. Pour être franc avec vous, j’ai failli abandonner le jeu en l’essayant la première fois mais j’ai tenu bon et maintenant je suis capable d’y passer une soirée entière sans voir le temps s’écouler. Hypnotique.

cloudbuilt(3)Il y a des passages où on fonce à toute vitesse.

_

La seconde vraie force du jeu est sans aucun doute les choix de progression qu’il offre aux joueurs. Il n’y a jamais un seul chemin mais bien une multitude, certains étant plus délicats mais faisant gagner plus de temps, et vice versa. C’est aussi là qu’on constate la grosse marge de progression qu’offre le jeu car en plus du gameplay délicat il y a une notion de « die & retry » très marquée. On peut ainsi uniquement terminer chaque niveau une seule fois, ce qui est déjà un bel exploit (surtout pour les derniers parcours) mais on est invités à réessayer toujours plus rapidement pour débloquer des points supplémentaires lors de l’évaluation de fin.

cloudbuilt(7)J’ai personnellement eu beaucoup de mal à réussir des wallruns en devant éliminer des mines en même temps.

_

Ceux qui aiment les challenges ne seront pas déçus, les autres peuvent toujours se contenter de débloquer toutes les fins. Car Cloudbuilt se paye le luxe de proposer un enrobage sympathique avec un scénario et plusieurs conclusions possibles, selon le dernier stage réussi. Enfin, il ne faut pas s’attendre à voir de la mise en scène ou quoi que ce soit de dynamique, ici on est plutôt dans un monologue de la fille qu’on incarne qui pose plein de questions sur ces environnements créés par son esprit, pourquoi elle se retrouve blessée et inconsciente, ect… Ce n’est clairement pas l’histoire du siècle et la plupart des fins sont très quelconques mais ça fait plaisir de se poser 5 minutes entre deux niveaux et il y a une part de mystère appréciable. Dans tous les cas si vous ne faites que cette partie du jeu vous en aurez pour entre 2 et 5 heures selon votre niveau de jeu. Court certes mais l’intérêt est de recommencer à l’infini et s’améliorer. Hâte de voir de vrais speed runners en action, car moi avec ma tonne de jeux encore à faire je ne m’y attarderai pas plus que ça mais il y a un vrai potentiel sur le long terme.

cloudbuilt(6)On ne quitte jamais cette chambre dans le monde réel mais l’héroïne est bien consciente de ce qui se passe.

cloudbuilt(5)Il ne faut pas être frustré d’enchaîner les résultats D ou C au début, c’est normal… Surtout que chaque mort ajoute des pénalités de temps.

cloudbuilt(8)On a le choix entre plusieurs « chemins de niveaux ». Mais faites-les tous, c’est d’autant plus fun !

_

Cloudbuilt est donc un jeu à ne pas mettre entre toutes les mains. Il s’adresse aux hardcore gamers qui ont la volonté de souffrir pour en ressortir meilleurs à chaque échec. Je ne vous raconte pas le nombre de fois où j’ai ragé, et pourtant je me suis contenté des scores les plus bas car je ne me suis contenté que de terminer tous les niveaux. Et pourtant malgré mes injures j’avais continuellement envie de recommencer. Un bon jeu donc, à vous de voir si vous êtes le bon public qui va avec.

_

Source des screenshots : Réalisés moi-même sur mon PC

Publicités

2 réponses à “Cloudbuilt, et vous pensiez que Dark Souls était difficile…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s