Battleblock Theater, Mario n’a qu’à bien se tenir

battleblocktheater(titre)

Après l’énorme succès de Castle Crashers, beat’em all bien fun comme je l’expliquais à l’époque, les gars du studio The Behemoth reviennent à la charge avec un jeu de plateforme 2D absolument délirant dans tous les sens du terme.

_

Tout commence par… une histoire totalement absurde avec des personnages n’ayant aucun sens. Ca tombe bien, c’est voulu et ça nous est raconté par un narrateur qui assume totalement son rôle de cinglé. Il faut être clair, le scénario du jeu est inexistant et ne sert strictement à rien à part faire rire entre deux chapitres. C’est ainsi qu’on se retrouve sur une île mystérieuse contrôlée par des chats maléfiques qui forcent ceux qui arrivent à subir des épreuves mortelles et seuls les survivants seront autorisés à quitter leur prison. Voilà voilà… Pas convaincus du côté loufoque du jeu ? Je vous invite alors à jeter un œil au trailer de la version PC qui est du pur troll. Succulent si on adhère à ce type d’humour.

battleblocktheater(5)

Se faire attaquer par des tartines grillées au toaster maléfique vous tente ? Alors Battleblock est fait pour vous !

battleblocktheater(9)

On navigue entre un humour subtil et du pipi-caca cher aux développeurs comme dans Castle Crashers.

_

Bon, on est face à un bon vieux jeu de plateforme en 2D. Je vous vois déjà souffler face à tant d’originalité mais peut-être serez-vous plus intéressés si je vous dis que c’est un plateformer coopératif ? Le jeu met en effet l’accent sur son mode 2 joueurs en local ou online car ses niveaux sont conçus de sorte à nécessiter l’intervention de deux personnes grâce à des mécanismes et un gameplay conçu en ce sens (le mode solo propose les mêmes stages mais sans les passages coopératifs). Ainsi on peut balancer son pote horizontalement ou verticalement pour franchir de grands obstacles, ou lui tendre la main sur une bordure trop haute. Dit comme ça, ça parait simple mais c’est la créativité dont chaque niveau regorge qui permet un mode co-op extrêmement fun et facile à comprendre mais qui nécessite la collaboration pour pouvoir avancer. Activer des mécanismes pour permettre à son compère de passer tandis que celui-ci débloquera un autre passage sera donc monnaie courante et on ne s’en lasse pas.

battleblocktheater(3)

On doit de temps en temps gérer un petit bateau mais ce n’est pas évident quand il faut l’utiliser pour deux joueurs ; la noyade est souvent garantie !

battleblocktheater(15)

En co-op, le jeu force les joueurs à s’aider mutuellement pour avancer.

_

Car à part ça, qu’est-ce qui fait que ce plateformer-là se distingue de ses concurrents ? Le fait qu’il est tout simplement bourré de bonnes idées. Que ce soit l’utilisation de gadgets comme des jetpacks ou des ailes, ou que ce soit pour ses ennemis idiots mais amusants (ce racoon adorablement meurtrier !), le jeu est un pur bonheur à parcourir. D’ailleurs si on parle de pure plateforme 2D, son gameplay est réactif et très précis afin de ne frustrer personne. Je reprocherais éventuellement aux attaques à distance d’être peu efficaces et très bordeliques mais ça participe au joyeux délire. A vrai dire ce jeu tient plus d’un Rayman Origins que d’un Mario de par son côté grand n’importe quoi allié à un gameplay réglé au poil de cul. Sauf qu’ici la co-op en fait partie intégrante et n’est pas un simple gadget. Il est bien sûr possible de jouer en solo mais vous manquerez 50% du fun.

battleblocktheater(1)

Les blocs de lave vous feront rebondir à l’infini plutôt que vous tuer. Ca donne souvent lieu à des situations déjantées où on est balancé dans tous les sens.

battleblocktheater(6)

Il y a quelques gadgets qui peuvent être utilisés dans certains niveaux, comme les ailes qui permettent de voler pendant un temps limité. Bien vu pour varier les plaisirs. Notez ma mort lamentable sur l’image xD !

battleblocktheater(12)

Et il y a parfois des moyens de locomotion inattendus 😀 !

_

Il y a deux façons d’appréhender l’aventure : le mode normal ou hardcore. Le premier est une excellente façon d’initier quelqu’un aux jeux de plateforme puisque vous avez des vies infinies et chaque mort vous fera revenir juste à côté du lieu de l’échec. Tandis que, bien sûr, le mode Insane n’offre qu’une seule vie (à déconseiller pour débuter donc). N’allez pas croire que jouer en Normal est une balade de santé car le jeu est très sadique lorsqu’il s’agit de laisser plein de pièges mortels sur votre route. Sauf qu’il n’y a aucune frustration et on progresse par l’échec avec plaisir. J’ai moi-même testé le jeu avec ma copine qui n’y connaît rien aux plateformers et on s’est énormément amusés en rigolant de nos morts débiles. En revanche on a vraiment galéré à partir du chapitre 6, si bien que le chapitre final nécessite de maîtriser le jeu sur le bout des doigts. Faisable, mais des morts à la pelle sont à prévoir !

battleblocktheater(2)

Les quelques ennemis qui parsèment les niveaux sont particulièrement vicieux et difficiles, voire impossible, à tuer. Il faut alors gruger pour poursuivre son chemin.

battleblocktheater(14)

Si le début du jeu est extrêmement simple, les derniers stages se jouent vraiment au poil de cul.

_

Mais malgré ça le jeu s’adresse quand même à tous types de public : que ce soit ceux qui veulent simplement venir à bout des stages, ou au contraire ceux qui souhaitent récolter toutes les gemmes et pelotes de laine (ça ne s’invente pas), il y a de quoi faire et plus encore si on veut s’amuser à obtenir le meilleur temps à chaque fois. Car chaque niveau regorge de passages secrets et de zones un peu plus compliquées, et l’air de rien on a beau être dans une ambiance volontairement débile il faut souvent se creuser les méninges pour atteindre des endroits qui semblent inaccessibles. Très simple au début, le jeu devient vite nerveux et bourré d’obstacles mais on le parcourt toujours dans la bonne humeur, avec une patte graphique simpliste très agréable et fluide, et bien sûr une bande-son composée de morceaux qui rentrent bien dans le crâne et qui collent parfaitement à l’ambiance idiote.

battleblocktheater(4)

Très vite les mécanismes du jeu s’étoffent de nouveaux éléments et on jongle entre plateformer et jeu de réflexion.

battleblocktheater(7)

battleblocktheater(10)

Mais ça reste avant tout un jeu d’adresse et de précision pour passer les divers obstacles.

battleblocktheater(13)

Compléter tous les niveaux à 100% demandera pas mal de temps.

_

Mon seul regret finalement est qu’il n’y a pas de boss à affronter mais plutôt des stages spéciaux chronométrés qui mettent bien la pression et où  la coordination devra être optimale ! Autant dire que ça devient très rapidement le bordel et que c’est bien stressant bien que jamais insurmontable. Mais c’est dans ce genre de situation qu’on a affaire à un problème de caméra en co-op (du moins en local) car plus on s’éloigne l’un de l’autre plus le plan fait un zoom arrière et on peut en arriver au stade où on ne voit plus du tout ce qu’on fait. Autre souci du mode 2 joueurs : les checkpoints qui ont tendance à faire n’importe quoi dès que les deux joueurs sont séparés et que l’un d’eux meurt, de sorte que la réapparition se fait de manière anarchique. Soit, il faudra apprendre à s’attendre mutuellement pour éviter ce genre de désagrément.

battleblocktheater(11)

Voyez comme la caméra s’éloigne fortement lors les deux joueurs s’éloignent l’un de l’autre. Ca rend l’action confuse et ç frustre forcément car on perd ses repères.

battleblocktheater(8)

Les stages chronométrés mettent l’accent sur la compétition entre les deux joueurs avec le petit compteur à la fin qui montre qui a été le meilleurs.

_

Battleblock Theater sent l’amour du jeu bien fait à tous les niveaux. Il n’y a aucune prise de tête et pourtant il fait preuve une grande richesse dans son gameplay et son level design, tandis qu’il y a énormément de contenu à parcourir grâce à des dizaines de niveaux (dont des bonus dans chacun des 8 chapitres) mais aussi des centaines de stages créés par la communauté Steam (ou Xbox Live) qui n’ont rien à envier au concept de partage d’un Little Big Planet. Si ça vous branche vous avez même un mode compétitif mais l’intérêt du jeu n’est clairement pas là. Sans parler de tous les skins et gadgets à collectionner. Bref si vous cherchez un jeu co-op soigné, fun, joli et créatif vous savez quoi faire. Un excellent plateformer 2D que je conseille aussi aux joueurs solos mais il faut essayer de le faire avec un pote, ne serait-ce que via le mode online, pour en retirer toute son ingéniosité.

_

Source des screenshots : Réalisés moi-même sur mon PC

Publicités

Une réponse à “Battleblock Theater, Mario n’a qu’à bien se tenir

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s