Senran Kagura Bon Appétit, sexy mais sans saveur

senrankagura_bonappetit(titre)

Nul doute que avez probablement cliqué sur cet article uniquement grâce à l’image aguichante qui le présentait. Vous l’avez bien deviné, ici vous allez pouvoir zieuter des boobs. Allons allons, ne faites pas les innocents, personne ne se serait intéressé à ce jeu s’il ne mettait pas en scène de jeunes filles aux formes généreuses qui se dénudent au fil des parties. Mais on se rend vite compte que toutes ces donzelles nous servent là un plat dénué de saveurs.

_

Résumons vite fait le jeu tant que j’ai votre attention et avant que vous ne vous jetiez sur les screenshots que j’ai soigneusement sélectionnés pour vous : si la série Senran Kagura est originellement axé baston, on a affaire ici à un pur jeu de rythme à la manière d’un Hatsune Miku Project Diva, sur le thème de la cuisine comme le dévoile le titre aussi subtilement qu’il déshabille ses héroïnes. Car autant le dire directement : c’est un mauvais jeu de rythme qui se repose uniquement sur son seul « atout » : du voyeurisme primaire, voire de mauvais goût.

_

Un jeu voyeur qui ne montre pas grand-chose

Ça commence déjà mal lorsqu’on se lance dans le mode histoire, qui est à peu près le seul mode viable puisqu’à part ça on a une simple option arcade et le reste ne vaut même pas la peine d’être cité. Après avoir choisi l’élue de son cœur, on a droit à un petit scénario d’introduction… avec des textes sur fonds fixes. Niveau flemme, on est déjà bien loin, surtout lorsqu’on se rend compte que presque chaque artwork est recyclé à outrance pour chaque personnage. C’est d’autant plus dommageable pour un jeu qui ne se prend pas du tout au sérieux et qui propose de petites histoires volontairement grotesques, car si on avait eu tout ça sous forme de petites cinématiques ça aurait pu participer au délire global. Soit. Viennent alors des séquences de dialogues sans queue ni tête pas franchement plus intéressantes. En gros les héroïnes vont devoir s’affronter dans des concours de préparation de plats pour avoir un de leurs vœux exaucé. Tout un programme au goût franchement amer.

senrankagura_bonappetit(18)Admirable résumé de tout le scénario du jeu.

senrankagura_bonappetit(3)Il y a très peu d’artworks de ce style pour raconter « l’histoire ».

senrankagura_bonappetit(13)… le plus souvent c’est complètement quelconque comme ceci…

senrankagura_bonappetit(19)… voire carrément des écrans noirs. 

senrankagura_bonappetit(6)

senrankagura_bonappetit(17)Quand les écrans de chargement ont plus d’artworks que le mode scénarisé, c’est qu’on a touché le fond.

_

Trop mou ou trop dur ?

Donc le principe est on ne peut plus simple : nous avons deux barres de défilement qui présentent les touches à presser au bon moment. Classique. On a alors quelques variantes comme des touches à maintenir ou d’autres à marteler à toute vitesse. Mais la clé du gameplay réside dans le mode furie qui peut s’enclencher après un certain nombre de commandes validées et qui multiplie les points engrangés. Le but du jeu est alors de maintenir l’enchaînement le plus longtemps possible sans erreurs. Chose relativement facile à faire puisque la validation des touches est beaucoup plus permissive que les jeux du même genre. On est certes invités à appuyer le plus précisément possible pour obtenir la meilleure mention mais il est relativement simple de s’en sortir avec un peu de retard. C’est d’ailleurs déjà le premier gros souci du jeu : son mode Normal est beaucoup trop facile, tandis que le mode Difficile est « trop » difficile, il n’y a pas vraiment de juste milieu.

senrankagura_bonappetit(8)

senrankagura_bonappetit(15)Entre les touches qu’il faut mitrailler ou maintenir, il n’y a pas grand chose qui stimule l’amusement.

senrankagura_bonappetit(14)Ceci dit bon courage pour réussir le mode difficile qui irradie l’écran de touches défilant à toute vitesse.

senrankagura_bonappetit(2)Chaque « combat » se déroule en trois manches au bout desquelles le « maître du dojo » (on se fout du nom) juge la qualité des plats. Un récap du score en quelques sortes. Il est bien chanceux ce gars-là l’air de rien.

_

Ah ? Il y avait de la musique ?

Mais quand bien même le gameplay aurait été mieux équilibré il n’aurait pas été plus savoureux pour autant, la faute aux mélodies totalement creuses. Hors c’est un point essentiel d’un jeu de rythme car non seulement on se synchronise avec le rythme mais on a aussi tendance à plus s’impliquer dans le challenge si la musique est entraînante. Ce n’est hélas pas du tout le cas de ce jeu-ci car il y a très peu de thèmes chantés et ceux-ci sont clairement mauvais et n’entrent pas du tout en tête. La seule chose qui vous restera dans le cerveau sera le bruit insupportable de la validation des touches… Pire, le nombre de morceaux se compte sur les doigts d’une main, ce qui est légèrement crapuleux pour un jeu de rythme. Et aller, tant qu’on est dans le domaine de l’escroquerie parlons un peu du DLC de l’arnaque. Sachez que lorsqu’on achète le jeu, on reçoit en fait moins de la moitié du contenu final. Ainsi on n’a accès qu’à 10 personnages sur les 22 totaux et pour débloquer la suite il va falloir repasser à la caisse. Et c’est bien sûr sans compter sur les tas de petits paiements possibles pour des costumes bonus, eux-mêmes déjà peu nombreux dans le jeu de base… Mais soyons rassurés : l’éditeur nous « offre » les DLC si on les a déjà achetés dans le jeu de combat précédent… Super, merci beaucoup… C’est quand même dingue cette ingéniosité qu’on les éditeurs pour toujours trouver de nouvelles manières d’arnaquer les joueurs. Si seulement ils pouvaient mettre cette créativité au service de leurs jeux on serait limite ravis de payer plus, mais là…

senrankagura_bonappetit(4)Eh beh ? Elles sont où les combattantes manquantes ? DTC… Heu pardon, DLC.

_

Boobs. Boobs everywhere !

Puisque le jeu s’assume comme étant du pur voyeurisme sans la moindre once de second degré, on est en droit de se demander si c’est au moins réussi sur ce point. Et on peut dire qu’il y a de quoi se rincer l’œil car en pleine partie la fille qui aura perdu une manche se verra peu à peu dénudée jusqu’à finir… à poil. Bien entendu on ne voit absolument rien de pornographique puisque tout est soigneusement censuré mais c’est presque comme si ça ne l’était pas tant c’est fait à la limite absolue de ce qu’on pourrait voir. Le trip est donc 100% axé sur les boobs aux dimensions exagérées qui rebondissent plus fort encore que dans un Dead or Alive, et des petites culottes à gogo. Et non seulement l’adversaire se dénude au fil de la partie, mais il est aussi possible de déclencher des scènes spéciales quand on fait un score élevé où elle se dandinera devant la caméra tandis qu’on doit tenter de rester concentré sur les notes qui défilent. Enfin, un score optimal déclenchera une scène bonus à la fin de la séquence où on découvrira la fille en question dans une position très suggestive et totalement nue et recouverte de chantilly et de chocolat.

senrankagura_bonappetit(10)A poil, oui, mais on ne verra jamais le moindre bout de téton.

senrankagura_bonappetit(20)Coucou ! Veuillez vous concentrer sur les TOUCHES svp !

senrankagura_bonappetit(7)

senrankagura_bonappetit(11)

senrankagura_bonappetit(16)

senrankagura_bonappetit(12)Voilà les fameuses scènes de shooting où on peut tourner la caméra dans tous les sens pour se rincer l’oeil. On ne voit rien certes mais c’est très suggestif.

_

Belles mais stupides

L’otaku qui sommeille en vous sera donc au moins ravi sur cet aspect, d’autant plus que les personnages bénéficient – comme par hasard – d’une modélisation soignée pour un support portable. Tout le budget doit d’ailleurs avoir été dilapidé sur les scènes de pose tendancieuses. Mais ce petit plaisir coupable ne durera qu’un temps avant qu’on se rende compte que cette mise en scène érotique se répète très vite et souligne elle aussi le haut degré de flemme dont les développeurs font preuve. Un constat général puisque même les « chorégraphies » sont toutes les mêmes et l’action y est tristement monotone. Et on voudrait nous faire payer du DLC pour multiplier la durée de vie (qui avoisine les 10 heures en mode normal) ? Pour quoi ? Pour s’ennuyer encore davantage ? Je passe mon tour et ce ne sont pas les différents habillages possibles pour chaque héroïne qui y changeront quelque chose.

senrankagura_bonappetit(5)On nage quand même en plein mauvais goût japonais. A se demander s’il était vraiment nécessaire de déshabiller ces filles vu leur nudité déjà flagrante en temps normal.

senrankagura_bonappetit(9)En parlant de mauvais goût à la japonaise, il y a cette tendance très dérangeante à afficher des fillettes à poil qu’ils semblent adorer dans leur culture. Désolé d’émettre un jugement de valeur mais ça me dégoûte plus qu’autre chose et je trouve ça honteux. Ca devrait être purement interdit, on a déjà assez de tarés sexuels comme ça.

senrankagura_bonappetit(1)Il aurait été étonnant de ne pas trouver un bon vieux mode Dressing Room pour pimper sa combattante favorite. Oui, il y a une clientèle pour ça.

_

En résumé, ce Senran Kagura est une production qui fait du racolage mais qui est en fait une grosse blague à tous les points de vue. Pour ma part je me suis fait pigeonner en lisant un test élogieux d’un collègue bloggeur, probablement beaucoup trop obnubilé par l’aspect sexy pour réaliser l’étron auquel on a affaire. J’avoue que ce côté voyeurisme a joué dans ma décision d’achat lorsque le jeu s’est retrouvé en soldes à 10 boules, mais ça m’a permis de découvrir que ce côté très « japonais obsédé-frustré » est en fait plus pitoyable qu’autre chose. Si au moins le gameplay avait été soigné et intéressant, l’enrobage érotique aurait pu être un plus « agréable », mais il n’en est rien. Un conseil : contentez-vous des images et évitez cette arnaque.

_

Source des screenshots : Réalisés moi-même sur ma PS Vita

Publicités

2 réponses à “Senran Kagura Bon Appétit, sexy mais sans saveur

  1. De loin, un de tes meilleurs articles! lol
    Nan, sans déconner, se rincer l’oeil sur des adolescentes aux gros nichons, très peu pour moi.

    J'aime

    • J’ai un peu honte, j’avoue :-p
      M’enfin ma justification n’est pas fausse : j’adore les jeux de rythmes et on m’a vraiment trompé sur la marchandise en me promettant un bon jeu de ce genre avec un enrobage « sexy » en tant que feature spéciale.
      Note que je souligne bien le côté dégueulasse qu’ont ces japonnais à fantasmer sur des gamines, mais attention que celles au gros attributs ne sont à priori plus des adolescentes. « A priori » xD

      Bref j’ai bien rigolé, mais le jeu est déjà rangé, 10€ gâchés.

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s