Tower Dwellers, sous le poids de la concurrence

towerdwellers(titre)

Malgré le fait que je commence à en avoir fait un bon paquet, je reste un grand amateur des Tower Defense sur smartphones. Ce sont typiquement des jeux qui peuvent être simples d’accès mais très hardcore tout en étant parfaitement adaptés au support mobile. Ainsi quand un nouvel Humble Bundle m’en propose un avec ce Tower Dwellers, je suis tout heureux… mais après quelques parties j’ai vite déchanté.

_

La première chose qui m’a frappé en lançant le jeu, c’est son degré de similitude avec le très bon Kingdom Rush (et sa suite). Que ce soit dans la présentation du titre ou en plein jeu, j’ai cru à une sorte de clone honteux, en moins réussi car moins détaillé (sans parler des sons lamentables). C’était sans compter sur son gameplay qui parvient heureusement à se différencier largement des Tower Defense classiques.

towerdwellers(10)Au fait, pourquoi perdent-ils leur temps à mettre une histoire bateau dont tout le monde se fout ?

_

Mixer les bons ingrédients

Le principe surprend au début mais est finalement simple tout en étant efficace ; sur la carte sont disposés plusieurs emplacements de construction on peut y placer de petites maisons qui abritent des fantassins de bases, très faibles et peu offensifs. On remarque alors rapidement la présence de seconds emplacements qui servent aux spécialisations. C’est ainsi qu’on peut transformer nos péons soit en soldats qui sont plutôt axés défense, soit en archers pour de l’attaque physique, soit bien sûr en mages pour de l’attaque magique. De cette manière, une spécialisation affectera les tours voisines. Et c’est de là que vient tout le piment du jeu : la possibilité de mixer les spécialisations. Par exemple, mélanger les guerriers avec les archers crée des soldats à distance qui balancent de grosses haches. Il est possible d’aller jusqu’à 3 combinaisons pour des résultats improbables comme : 2 mages + 1 archers = 1 lance-grenade. Les possibilités ne sont pas infinies mais la variété fait plaisir et sert le propos puisque les ennemis ont leurs faiblesses à exploiter via la bonne classe de soldats.

towerdwellers(9)Par exemple, deux archers + un mage = des fusilleurs !

_

Quand chaque soldat compte

Le second point important du jeu est qu’il est beaucoup plus axé sur la micro-gestion des troupes. La priorité est d’améliorer le tourelles pour générer plus de soldats, lesquels doivent recevoir un ordre de la part du joueur. Cela rend le gameplay plus dynamique qu’un autre jeu du genre, et également plus difficile car il faut constamment replacer ses unités pour s’adapter aux flux d’ennemis. Simple exemple (et c’est ce qui arrivera le plus souvent) : des archers ennemis débarquent et commencent à sniper vos soldats. Si vous ne faites rien ils se feront massacrer un par un, donc il faut absolument les déplacer pour attaquer au corps à corps, ou amener des archers alliés pour les défendre. Oui mais pendant qu’ils abandonnent leur poste, d’autres ennemis débarquent où ils étaient. Ne vous y trompez pas, ce Tower Dwellers est particulièrement difficile au premier abord mais c’est ce qui fait toute sa force… jusqu’à un point.

towerdwellers(7)Les archers sont de vraies crasses, ils obligent de déplacer les troupes incapables de riposter.

towerdwellers(6)Les ennemis volants sont probablement les plus vicieux.

_

Céder à la facilité

En bonus, il faut aussi apprendre à gérer les 3 pouvoirs spéciaux. Le premier est un jet de météorites (de poulets ?!) qui infligera de lourds dégâts sur une zone, le second est un soin de zone, et le dernier est un gel qui ralentira les ennemis ciblés. Ils sont à usage illimité mais mettent du temps à se recharger, avec la subtilité que si on lâche la vague d’ennemis suivante plus tôt alors on gagne du temps d’attente ainsi que des crédits supplémentaires. Utile si nos troupes sont en difficulté, mais il faut pouvoir assumer les ennemis suivants qui débarqueront prématurément. Oui, le jeu est difficile, et on est quasiment obligés de d’abord tout faire en facile afin de gagner des points de compétence pour booster les caractéristiques de nos soldats… C’est là son premier défaut qui amènera inexorablement à de la lassitude pour celui qui voudra obtenir les 5 étoiles en mode difficile à chaque niveau. Heureusement la donne change une fois le boss final vaincu puisqu’il donne accès à une seconde partie « bonus » du jeu et à ce stade on a tout débloqué donc il ne reste que le challenge pur et dur. Plus dur que pur d’ailleurs. En tous cas c’est une durée de vie conséquente (pour un jeu mobile) qui vous attend.

towerdwellers(5)

towerdwellers(8)La fin du jeu débloque les « Goblin Challenges » qui sont des stages plus ou moins difficiles et un poil plus originaux.

towerdwellers(3)Il y a 27 améliorations à débloquer, influant chaque type d’unité et les pouvoirs spéciaux. Indispensables pour réussir le mode difficile…

_

« Bon, je vous laisse combattre, je reviens dans 10 minutes ! »

Hélas je reproche au jeu un manque de profondeur et un rythme inégal. Les débuts de partie sont généralement mous du genou (heureusement qu’on peut multiplier la vitesse de jeu par deux d’ailleurs) car on ne peut pas construire énormément de choses, puis ça se corse mais une fois qu’on a bien géré la montée en difficulté et qu’on a tout construit les parties deviennent ennuyantes et les crédits s’accumulent dans le vide. Car oui, on ne peut améliorer que trois fois chaque tour, ni plus ni moins. Le jeu aurait gagné à proposer des méga-évolutions ou même des améliorations spéciales très chères. Et ça n’aurait pas été de trop face aux boss qui ponctuent presque chaque carte, lesquels sont principalement de gros sacs à PV. Quant au reste du bestiaire, il est on ne peut plus classique et mis à part ses faiblesses à exploiter il est très peu varié comparé à un Kingdom Rush. On peut d’ailleurs en dire de même sur les zones de jeu tristement semblables les unes aux autres et absolument sans surprise.

towerdwellers(4)Situation typique de fin de partie : j’ai remplis toute les cases de construction au maximum et maintenant l’argent s’accumule pour rien.

towerdwellers(1)Les niveaux sont d’une monotonie rare, seuls 1 ou 2 proposent une légère variation du terrain comme ici des pierres qui ne laissent passer que les ennemis aériens.

towerdwellers(2)Les boss ne posent pas de problème tant qu’ils ne sont pas accompagnés de sbires divisant les troupes.

_

Bref pas besoin d’épiloguer des heures : ce jeu est un Tower Defense amusant au début mais qui montre rapidement ses limites. Je ne peux pas vraiment me plaindre car je l’ai eu presque gratuitement mais si vous aimez le genre et que vous devez choisir alors je ne saurais que vous rediriger vers les Kingdom Rush (qui a un nouvel épisode, Origins, que je ne vais pas tarder à tester), voire Tower Madness 2, qui restent plus intéressants sur le long terme.

_

Source des screenshots : Réalisés moi-même sur mon Xperia Z3 Compact

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s