Dragon Age Inquisition, le Mass Effect nouvelle génération

Dragon Age™ : Inquisition_20150329143010

Pour être franc, je n’attendais absolument rien de ce troisième opus de la saga Dragon Age. Je m’étais frotté à Origins, le tout premier, mais je n’avais pas été spécialement séduit par l’ensemble, tandis que le second épisode est connu pour être mauvais. Pourtant il y eu une petite étincelle qui a commencé à s’allumer en moi lorsque j’ai vu les premières démonstrations de gameplay, et les critiques ont été très élogieuses lors de la sortie. Je me suis donc décidé à aborder sérieusement cette série en tant que non initié de l’univers et 85 heures de jeu plus tard j’en ressors avec des étoiles plein les yeux.

_

Une fois notre avatar créé sur base de différents critères passifs (les origines du personnage), actifs (la classe et la race) et une forte personnalisation du visage (mais pas du corps) qui auront leur importance dans le déroulement de l’histoire, le jeu nous lance directement dans l’action. Et c’est peu de le dire : alors qu’un moment historique se déroulait en voyant la Chantrie (l’organisation religieuse de Dragon Age) rassembler les mages et les templiers (les deux grands ordres) pour négociations, une gigantesque explosion a lieu et massacre tout le monde en ouvrant une sorte de faille dans le ciel qui est une porte vers l’Immatériel, sorte d’enfer où résident les esprits et les démons et qui ont ainsi quartier libre pour venir envahir le monde des vivants. Seul survivant : votre avatar qui se retrouve amnésique (plus cliché tu meurs) et avec une curieuse marque sur la main gauche, laquelle ayant le potentiel de refermer la faille. C’est ainsi qu’on se retrouve propulsé au sein de la seconde Inquisition, une organisation d’urgence qui a pour but de refermer la faille et d’éviter le chaos en rassemblant ressources et troupes pour combattre les ennemis qui vont s’avérer être beaucoup plus nombreux que les « simples » démons. Une organisation qui partira de rien et qui repose désormais sur vos épaules.

Dragon Age™ : Inquisition_20150323162656

Tout démarre avec l’acquisition de cette fameuse marque sur la main qui fera de vous l’élément central du scénario. Comme c’est pratique. Admirez au passage mon avatar, Himuo, fier elfe Dalatien et Voleur-Archer de son état.

_

Entrée libre mais mieux vaut être préparé

Avant d’entrer dans le vif du sujet, je voudrais faire une parenthèse sur le scénario et plus précisément sur le background de la saga Dragon Age. Puisque je suis moi-même un nouveau venu dans cet univers je voudrais rassurer ceux qui se demandent si le jeu est accessible si on n’a pas fait les épisodes précédent car oui, il l’est. Enfin, en grande partie et à condition de faire un peu travailler ses méninges car le jeu ne vous prend pas par la main et ne réexplique pas tout le contexte de ce monde. Ainsi pendant les premières heures vous allez recevoir énormément d’informations (noms, situations politiques, races, villes, régions, Histoire, ect…) et c’est à vous d’organiser tout ça pour en déduire grosso-modo ce qui se passe. Pas de panique, la trame principale reste tout à fait compréhensible et beaucoup de chose sont tout de même inédites donc au bout d’un moment on intègre très bien ce background. Toutefois il ne faut pas se mentir ; l’univers de Dragon Age est extrêmement riche et n’a rien à envier à celui d’Elder Scroll donc autant dire que si vous comptez en faire le tour il va falloir vous lever de bonne heure. D’autant plus que le jeu regorge d’une tonne de textes optionnels à lire, à tel point qu’il y a moyen d’y passer des dizaines d’heures donc le degré d’implication dans l’histoire de la série dépendra de chacun. Un Codex est d’ailleurs disponible et explique les éléments scénaristiques au fur et à mesure qu’on progresse, comme dans Mass Effect, mais je l’ai trouvé très confus de par sa manière de présenter les choses et il est assez indigeste à lire. Bref tout ça pour dire que oui il est possible de s’immerger dans ce Dragon Age sans rien y connaître mais ce sera au prix d’un petit effort. Quant aux habitués, une option très sympathique permet de lier son compte aux précédents épisodes pour que les choix réalisés à l’époque aient un impact dans cette nouvelle aventure. Je ne saurais pas dire à quel point mais j’imagine que ça doit faire plaisir.

Dragon Age™ : Inquisition_20150310171337Comme Mass Effect, le codex est énormément fourni et se met à jour au fil de l’aventure si on fouille tous les documents. Hélas, il est ici écrit d’une façon très confuse et (excepté dans cette image qui est un mauvais exemple) renseigne de façon cryptique et pas du tout encourageante pour les nouveaux joueurs. Il en va de même pour les milliers de documents à qui témoignent d’un background gigantesque qui n’a rien à envier à Elder Scroll mais qui sont indigestes à lire. Bref, j’ai pris beaucoup de plaisir à découvrir l’univers de Mass Effect à travers ses écrits, mais pour Dragon Age c’est tristement rebutant.

Dragon Age™ : Inquisition_20150312225112

Les mages sont perçus comme un danger, particulièrement dans cet épisode où ils ont le potentiel de dégénérer au vu des événements de l’histoire.

Dragon Age™ : Inquisition_20150327121314Les elfes tiennent une place plus importante dans le scénario qu’on pourrait le croire de prime abord.

Dragon Age™ : Inquisition_20150323162315L’Immatériel est un endroit et un concept bien connu des fans de la série.

_

Il est temps de se remuer

Mais intéressons-nous enfint au cœur du jeu. Je vous ai dit que je n’avais pas apprécié le premier épisode car son gameplay ne me satisfaisait pas, du coup vous avez compris que pour cet Inquisition ça n’a plus grand chose à voir. On est toujours bel et bien face à un RPG mais avec un côté beaucoup plus porté sur l’action. Par exemple, auparavant il s’agissait surtout d’utiliser la vue tactique qui gelait l’action pour planifier tactiquement les attaques de ses personnages et tout était plutôt statique, mais désormais même si cette option est toujours possible le jeu est beaucoup plus dynamique et est fait pour que les combats s’enchaînent sans pause. Il faut alors jouer avec le décors, esquiver, se déplacer constamment, ect… Un vrai Action-RPG, et je suis sûr que les fans vont me fusiller pour oser avoir dit ça mais honnêtement j’ai joué en mode difficile d’entrée de jeu et je ne me suis quasiment jamais servis de cette vue tactique et tout s’est très bien déroulé, sauf quelques rares cas où c’était nécessaire pour repositionner correctement les alliés ou les obliger à sortir une compétence précise à tel moment. Car oui, on est accompagnés de 3 autres compagnons qui s’autogèrent via quelques règles simples d’IA qu’on peut paramétrer facilement, ou à qui on peut donner des ordres basique rapidement, ce qui contribue à des affrontements violents et rapides où on peut se soucier uniquement de ce qu’on fait vu qu’ils ne sont pas trop cons (ils ont du mal au début du jeu mais au plus ils débloquent de compétences au mieux ils se gèrent). A noter qu’on peut contrôler n’importe lequel d’entre eux d’un seul clic histoire de varier les plaisirs et qu’on aura le choix parmi une bonne dizaines de camarades dont certains sont facultatifs. Dans tout les cas je suis beaucoup plus adepte de ce système de combat énergique, avec des barres de stamina/mana qui se rechargent très vite et qui privilégient ainsi l’utilisation constante de compétences, que les combats statiques où on met la pause toutes les 30 secondes. Question de goût.

Dragon Age™ : Inquisition_20150318160906La vue tactique est très peu utilisée dans la pratique, à part lors des gros combats bien difficiles pour replacer les compagnons par exemple.

Dragon Age™ : Inquisition_20150327162412Les combats pour refermer les failles se déroulent en deux phases d’attaque et il est possible de concentrer la marque pour perturber les ennemis un court instant. Une fois tous les ennemis tués, on peut la refermer tranquillement avec un effet assez classe.

Dragon Age™ : Inquisition_20150325142751Les barrières et autres protections magiques sont indispensables pour survivre sans consommer les potions de soin trop rapidement. Le jeu vous invite donc à surtout jouer défensif.

Dragon Age™ : Inquisition_20150317103705Au tiers du jeu on débloque le pouvoir spécial de la marque qui met un certain temps à se charger mais qui peut réellement sauver des situations de combat difficile.

Dragon Age™ : Inquisition_20150318211412Comme la série Tales of, il faut paramétrer l’IA des compagnons à votre meilleure convenance. On est loin de la personnalisation d’un FF12 mais c’est juste ce qu’il faut.

Dragon Age™ : Inquisition_20150323153007Le jeu vous propose d’activer l’option Friendly Fire (dégâts sur les alliés) ou non. Sachez qu’au vu de la tonne d’attaques de zone cette option peut s’avérer être très hardcore donc choisissez bien.

Dragon Age™ : Inquisition_20150327142749

Dragon Age™ : Inquisition_20150328183058Le bestiaire n’est pas très varié mais est esthétiquement réussi et original une fois passé les traditionnels zombies et squelettes.

Dragon Age™ : Inquisition_20150327143257

Dragon Age™ : Inquisition_20150324121747Les quelques combats de boss auraient mérités plus de mise en scène car ils ne donnent qu’une impression de combats normaux un peu plus ardus.

_

Prévoyez quelques congés

En dehors des combats, on se retrouve face à un gameplay d’exploration très similaire à ce qu’on peut trouver dans un Mass Effect… mais à une échelle bien plus grandiose ! Attention, il ne s’agit pas d’un vrai Open World à la Skyrim puisque le jeu est divisé en zones bien distinctes qui ne sont pas reliées entre elles autrement que via la carte générale. Toutefois chaque zone est absolument gigantesque et regorge de passages dans tous les sens, de choses à explorer à foison, des dizaines de quêtes, ect… Il y a ainsi 10 grosses zones à explorer et chacune nécessite une grosse poignée d’heures à être visitée de fond en comble. Et il ne s’agit pas de faux couloirs hein, on parle bien d’environnements totalement ouverts qui peuvent être traversés de multiples façons. Ce jeu donne tout simplement le vertige sur le nombre de choses à y faire, rendez-vous bien compte que tout parcourir m’a pris 85 heures et qu’il y a pourtant des choses que j’ai zappées. C’est typiquement le genre de jeu qui va monopoliser votre temps libre mais de façon positive puisque son contenu annexe est à la fois varié et un esprit d’aventure s’en dégage.

Dragon Age™ : Inquisition_20150329110534Le jeu est composé de 10 grandes zones ouvertes, une ville centrale, le QG, et quelques (très) petites zones annexes liées à des quêtes en cours. Ca paraît peu mais tout ça mis bout à bout est égal ou supérieur à l’aire de jeu de Skyrim. Voilà, voilà.

Dragon Age™ : Inquisition_20150323150010

Dragon Age™ : Inquisition_20150225221859La table des opérations est une étape obligatoire pour poursuivre le scénario en débloquant de nouvelles zones en échange de points, mais aussi pour activer des opérations basées sur des temps d’attente. Ca ne coûte rien et sa se déroule en parallèle de vos explorations donc activez-en continuellement.

Dragon Age™ : Inquisition_20150328214750Parfois, certaines zones sont bloquées et nécessitent de lancer une opération via le QG de l’Inquisition pour débloquer la situation, comme ici sur ce pont que je viens de faire rénover pour pouvoir atteindre tout une partie inédite de la carte.

Dragon Age™ : Inquisition_20150324123040En plus des personnages jouables, il est possible de recruter des secondaires dans l’Inquisition. Dommage que ça ne serve concrètement à rien.

Dragon Age™ : Inquisition_20150328142848Les régions sont bel et bien limitées mais la rupture avec la zone explorable se fait doucement visuellement, on distingue à peine des textures abominables comme le font bien souvent les jeux à mondes ouverts.

Dragon Age™ : Inquisition_20150304211515Un des éléments qui tranche avec le côté RPG traditionnel d’un Dragon Age Origins est la possibilité de sauter partout, ce qui implique de pouvoir escalader et descendre des hauteurs. L’aspect exploration s’en retrouve bien mise en avant et penche du côté d’un gameplay à la MMORPG. Il y a par contre des efforts à faire sur l’animation qui a du mal lors de certains passages.

_

Un vrai gavage et on en redemanderait presque !

Explorer les donjons, les contrées sauvages, les petits villages, dialoguer avec les personnages croisés, ect… j’ai trouvé tout ça très passionnant et j’avais constamment envie d’aller de l’avant. D’habitude dans les RPG je ne touche pas en profondeur aux quêtes annexes mais ici c’était à la fois gratifiant et intéressant car il y a à chaque fois une petite histoire qui est racontée et qui apporte sa pierre à l’édifice du scénario, idéal pour l’immersion. Et quel plaisir de fouiller à droite et à gauche pour se laisser perdre dans les découvertes étonnantes qui pullulent. On ne parle pas ici de quêtes répétitives (à part quelques exceptions comme la collectes des fragments) mais bien de contenu à chaque fois inédit. Les gars de Bioware ne se sont clairement pas moqués des joueurs et offrent un jeu d’un richesse presque anormale pour notre époque, c’est même un peu trop car pour finir je ne pouvais plus m’empêcher de tout fouiller car j’avais envie d’en apprendre plus sur cet univers mais je ne voyais pas le bout du jeu. Heureusement que les points de téléportation sont nombreux afin de faciliter le travail sinon on n’en verrait jamais le bout. Il est aussi possible d’acquérir une monture pour faciliter les trajets mais pour la peine ce cheval aurait pu être plus rapide, mais on s’en contentera. Bref, avant même d’être un RPG, cet Inquisition est un jeu d’aventure fantastique, et je pèse mes mots. Seule ombre au tableau : il n’y a qu’une seule vraie ville (et quelques pauvres petits villages dispersés dans les grandes zones), Val Royaux, et elle est minuscule. Pour le coup on retrouve un lieux à l’échelle des zones de Mass Effect, ce qui est vraiment dommage car ça porte préjudice à la crédibilité de ce monde virtuel. Lot de consolation : encore comme Mass Effect on dispose d’un quartier général relativement grand et qui évolue au fil de l’aventure. On pourra par la suite le personnaliser, inutile mais ça contribue à se faire un petit chez soi pour souffler entre deux explorations.

Dragon Age™ : Inquisition_20150328203248

Très vite le QG prendra de l’ampleur, jusqu’à avoir notre propre salle de trône qui fait fortement penser à Game of Thrones.

Dragon Age™ : Inquisition_20150317100127Même s’il aurait pu être plus pratique, je vous conseille d’acquérir le cheval le plus rapidement possible car il permet d’économiser du temps de trajet en allant plus vite qu’à pieds. Et vu les kilomètres que vous allez vous farcir entre toutes les quêtes, ce n’est pas du luxe.

Dragon Age™ : Inquisition_20150304214256Les Astrariums et leurs dessins à reproduire sans retracer sur les lignes déjà formées m’ont causé le plus de soucis. Mais une fois la logique bien intégrée ça devient plus accessible.

Dragon Age™ : Inquisition_20150228115319

Dragon Age™ : Inquisition_20150312181428A mon grand regret, il y a très peu de villes visitables. En fait, seule Val Royaux est une vraie ville et elle est extrêmement limitée, ce qui est limite une blague comparé à la grandeur des zones classiques. Pour le reste, ce ne sont que de petits villages.

Dragon Age™ : Inquisition_20150318152442

Dragon Age™ : Inquisition_20150328175444

Dragon Age™ : Inquisition_20150328141946

Dragon Age™ : Inquisition_20150328133247

Fait très appréciable : les donjons à explorer se ressemblent très rarement. Moi qui déteste le recyclage dans les RPG je suis aux anges et explorer devient un réel plaisir. Un excellent travail compte tenu du fait que tout ça est facultatif.

Dragon Age™ : Inquisition_20150320154144La mission du bal masqué est une bonne idée pour faire varier le déroulement du jeu.

Dragon Age™ : Inquisition_20150327121040On trouve quelques énigmes qui viennent ponctuer l’aventure, aussi bien dans les missions principales que dans les donjons annexes. Certaines sont bien trop simples, d’autres très réussies.

_

Pas le temps de se reposer

Evidemment tout est fait pour vous motiver à dévier un maximum du fil conducteur du scénario. Le marqueur de quêtes s’affole ainsi en permanence pour vous attiser votre curiosité, et si ça ne fonctionne pas sur vous alors l’appât du gain le fera certainement car le nombre de choses à collecter est simplement gigantesque. Il faudra rapidement acquérir un esprit d’organisation efficace pour savoir faire le tri dans son inventaire au vu de la tonne de matos qui s’offriront à vous. C’est d’ailleurs abusif car dans 9 fois sur 10 ce qu’on ramasse n’est pas assez efficace et sert juste à gagner des sous à la revente, argent qui se fait d’ailleurs très rare. Pour compenser, il y a tout un système de craft qui permet de se forger ses armes et ses armures en choisissant les caractéristiques selon les matériaux qui se ramassent absolument partout dans chaque zone (facilement détectables avec une sorte de scan de l’environnement), et même les personnaliser avec des extensions et runes à crafter à part et à incruster dans les emplacements réservés, à la manière des matérias de FF7 (en moins poussé tout de même). Un boost d’équipement qui ne sera pas de trop car le challenge est au rendez-vous (je vous conseille fortement le mode difficile pour que tout ça ait un intérêt) et même dans la toute première zone on se frottera très vite à des ennemis aux niveaux plus élevés que les vôtres, forçant à revenir plus tard, notamment concernant les dragons qui garantissent des combats épiques à venir plus loin dans l’aventure.

Dragon Age™ : Inquisition_20150328221242

Dans un RPG on aime soigner l’apparence de ses personnages et autant dire qu’on n’est pas gâtés en propositions de looks… Certaines tenues sont classes, d’autres beaucoup moins, en particulier les chapeaux/casques… Heureusement ceux-ci n’apparaissent pas lors des cinématiques.

Dragon Age™ : Inquisition_20150325141120Au QG, des tas d’établis sont disponibles pour faire du craft : fabrication/modification d’armes et armures, concoction de potions, teintures, ect… Un passage obligé après chaque expédition.

Dragon Age™ : Inquisition_20150328135234

En plus des ennemis, il y a toute une faune qui contribue à rendre les environnements plus vivants. On peut bien sûr attaquer tout ça sans vraie conséquence, et c’est d’ailleurs conseillé pour récupérer des peaux bien utiles lors du craft.

Dragon Age™ : Inquisition_20150328221040

Dragon Age™ : Inquisition_20150329111549

Dragon Age™ : Inquisition_20150328223720

Les combats contre les 10 dragons (enfin, 11) sont les plus épiques et les plus captivants du jeu, en particulier contre le plus fort d’entre eux (level 23). Tout y est : musiques d’anthologie, mise en scène au poil, animation de qualité et challenge au rendez-vous. Je ne peux que vous suggérer d’essayer de tous les faire (car ils sont facultatifs) car ils donnent aussi du loot intéressant et des matériaux de craft précieux.

_

Une fois terminé ? Et bien recommencez !

Et pour pouvoir survivre efficacement, il est impératif de se constituer une équipe équilibrée. On retrouve ainsi le bon vieux système de classes très classique avec le choix entre Guerrier, Voleur et Mage. Et ? Et bien c’est tout. Oui, moi aussi j’ai été déçu de prime abord mais c’était avant de constater que chaque classe a plusieurs branches de spécialisation, en plus d’une sous-classe à choisir parmi 3 options à la moitié du jeu. Ca laisse donc un nombre conséquent de possibilités, en revanche il faudra quand même essayer d’équilibrer tout ça au niveau du groupe de compagnons : un tank qui encaisse les dégâts et canalise les dégâts ennemis est par exemple quasiment indispensable. A côté de ça il y a d’autres moyens de booster son efficacité : des potions à recharger à chaque avant-poste, et surtout la progression de l’Inquisition qui débloque des atouts précieux. Bref on est presque face à un MMORPG tant le gameplay offre différentes façons de jouer, ce qui pourra motiver les plus passionnés à recommencer le jeu en empruntant une tout autre voie.

Dragon Age™ : Inquisition_20150313200314Vous pouvez choisir qui vous voulez pour votre équipe mais c’est une fausse liberté car il est plus que conseillé d’avoir systématiquement un Guerrier, un Voleur et un Mage. En effet, les zones regorgent de passages secrets qui ne peuvent être atteints que via l’un de ces classes, comme ici où ma mage utilise ses pouvoirs pour réparer une structure afin de pouvoir avancer.

Dragon Age™ : Inquisition_20150327152912La classe Voleur / Archer est très fun à jouer puisqu’il permet d’infliger beaucoup de dégâts d’un coup tout en évitant de se faire frapper. C’est ce que j’ai joué durant toute l’aventure après avoir testé Mage sans être convaincu, mais si c’était à refaire je ferais plutôt Voleur / Dague qui est d’autant plus meurtrier et plus subtil.

_

Mais combien étaient-ils pour pondre ça ?!

D’ailleurs en parlant de ça, l’une des grandes forces du titre sont les choix de dialogues qui influencent les événements, exactement comme Mass Effect. D’un côté nous avons les choix mineurs qui ne font qu’influencer le dialogue en cours, puis les choix intermédiaires qui modifient l’opinion des compagnons à votre sujet, et enfin les choix cruciaux qui modifient grandement le déroulement de l’histoire. Oh bien sûr on reste dans la narration élastique qui consiste à tromper le joueur en lui faisant croire qu’il a une influence sur tout tandis que le scénario trouve toujours le moyen de retomber sur ses pieds, mais c’est assez bien fait pour qu’on se laisse prendre au jeu. A ce propos, le fil rouge de l’histoire n’est pas franchement des plus captivants car verse un peu trop dans l’épique et la bravoure gratuite qui tourne autour de votre avatar, et les révélations sonnent toujours un peu creuses pour justifier une trame un peu trop simple. C’est plutôt du côté du background que le jeu brille mais aussi et surtout au niveau des relations avec les compagnons qui sont à la fois captivantes et qui permettent de s’attacher facilement à la bande qui nous accompagne. C’est véritablement là qu’on se sent impliqué dans l’histoire. Et pour répondre aux plus excités d’entre vous : oui il y a bien tout un système de relations amoureuses là encore comme Mass Effect (sans scène de sexe, zut !). En fait c’est bien simple, sur ce point C’EST Mass Effect mais dans un monde d’Heroic Fantasy. Et j’ai l’air dédaignant en disant ça mais pas du tout : je reste admiratif de la tonne de variations de situations (qui dépendent aussi de la construction de notre avatar) avec lesquelles jongle le jeu. C’est peut-être pas aussi impactant qu’on pourrait l’espérer mais ça reste un travail titanesque.

Dragon Age™ : Inquisition_20150327145206

Comme tous les jeux à embranchements scénaristique, la grosse majorité des choix de dialogues ne sert qu’à modifier légèrement la conversation mais aussi à influencer de temps en temps l’opinion des compagnons.

Dragon Age™ : Inquisition_20150324150550

Dragon Age™ : Inquisition_20150327144339Mais il y a aussi des choix cruciaux qui modifient radicalement les événements à venir. Bien sûr la fin du jeu reste inchangée mais l’épilogue final sème les graines d’une suite et fait le bilan de la situation en fonction des choix faits. Au passage notez qu’il ne sera jamais possible de faire plaisir à tous les compagnons en même temps. Un peu comme sur internet.

Dragon Age™ : Inquisition_20150313142212Le grand méchant du jeu verse un peu trop dans la caricature, ce qui est dommage vu la qualité de l’intrigue globale et du background extrêmement travaillé.

Dragon Age™ : Inquisition_20150318203410Le scénario principal du jeu n’est pas forcément révolutionnaire mais les différents thèmes abordés lors de tout ce qui va autour est à la fois mature et très riche en détails.

Dragon Age™ : Inquisition_20150323183734

Tout comme Mass Effect, on finit par s’attacher aux compagnons qu’on apprend à connaître et qui ont tous un caractère bien trempé et loin des clichés habituels des RPG.

Dragon Age™ : Inquisition_20150327102933

Dragon Age™ : Inquisition_20150323184910

Chaque compagnon a un scénario personnel que vous êtes libre de suivre ou non. A noter qu’il est là aussi possible d’influencer les événements et certaines décisions peuvent définitivement briser l’amitié entre vous et eux donc attention.

Dragon Age™ : Inquisition_20150323093718Et qui dit RPG Bioware dit relations amoureuses au choix parmi plusieurs personnages ! C’est totalement facultatif mais ça permet de mieux s’immerger dans l’histoire. Moi j’ai choisi Joséphine, et vous ?

_

Un RPG Massivement Solo

Bon et jusqu’ici je ne fais que faire des louanges à ce jeu mais n’allez pas croire qu’il est parfait. Je pourrais citer le système d’indicateur de quêtes qui indique clairement où se trouve le prochain objectif mais qui a tendance à faire tourner le joueur dans tous les sens une fois qu’on atteint le point renseigné en brouillant l’endroit exact et en ne délimitant que la zone, histoire de faire chercher un peu. Une façon de faire perdre du temps que je trouve agaçante et c’est quelque chose qui se retrouve dans la collecte perpétuelle comme j’en parlais plus haut. A peine débarqué dans une zone qu’on est littéralement assaillis par des dizaines de choses à ramasser, bien souvent dispensables mais par peur de louper des ingrédients utiles il est difficile de résister à la tentation de tout rafler, ce qui prend un temps considérable. Bête exemple : les potions les plus utiles sont faites à base de plante Elfidée mais elle ne se ramassent qu’à l’unité donc on doit continuellement cueillir pour avoir du stock. Franchement le jeu aurait pu se passer de ça car son contenu est déjà largement conséquent de base, je ne cautionne pas ces manies de MMORPG… Que ça ne vous rebute pas de jouer au jeu ceci dit car si vous vous en foutez c’est tout à fait facultatif, ça n’embêtera que les perfectionnistes. Notez que le jeu propose un mode online totalement séparé du mode solo et qui consiste à jouer un personnage totalement différent en co-op dans des instances. Je n’y ai pas du tout touché car ce n’était pas ça que je recherchais en achetant le jeu mais il paraît que c’est un mode de qualité qui a de quoi lui aussi occuper plusieurs dizaines d’heures de jeu. Sans débourser un euro de plus. Respect.

Dragon Age™ : Inquisition_20150317102134Tel un MMORPG, il y a des choses à collecter par milliers dans les décors. Préparez-vous à user et abuser de la fonction de détection des environs. 

Dragon Age™ : Inquisition_20150327110727Préparez-vous à loot à foison. Je conseille d’améliorer dès que possible le nombre d’objets transportables (via les atouts de l’Inquisition) et de vendre à rythme régulier car les sacs se remplissent très vite. Au pire il y a un coffre de 500 places au QG pour stocker les objets qui vous font de l’oeil.

_

Le moule Mass Effect a bien servi… voire trop

Autre chose gênante : les problèmes de mise en scène typiques des productions Bioware. C’est-à-dire qu’ils sont très doués pour fournir des dialogues, poser un contexte, faire monter la sauce en balançant des histoires épiques, et puis boum : une fois en pleine action ça pêche par le manque d’immersion. Je m’explique : sans vous spoiler, à un moment donné on attaque une forteresse où deux armées s’affrontent. Et bien on ne voit rien de l’assaut, seule une pauvre scène pré-calculée donne vaguement le ton et on reprend la main une fois à l’intérieur avec les bruits de combats en arrière-plan… C’était la même chose dans Mass Effect et ça m’a bien ruiné les proportions dramatiques de ce genre de scène. Ils font désormais des efforts en mettant des animations en fond (genre un mur qui s’effondre suite à un boulet d’artillerie balancé, ou un dragon qui passe à toute vitesse près de vous) mais c’est encore insuffisant. Bon, on ne joue pas à un RPG pour avoir des morceaux de bravoure à la Call of Duty mais les missions de pure action sont suffisamment rares pour qu’elles méritent d’être d’avantage soignées. Pourtant les musiques héroïques sont bien là et sont réussies, donc je reste sur ma faim sur ce plan.

Dragon Age™ : Inquisition_20150323150302

Dragon Age™ : Inquisition_20150313144032Dommage que les séquences mises en scène soient si rares et encore relativement maladroites dans leur enchaînement. C’était un souci qui m’avait déjà un peu cassé le côté épique dans Mass Effect. Bioware a encore du chemin à faire pour rendre son concept plus dynamique.

_

Prévoyez quelques heures de contemplation !

J’ai toutefois gardé l’un des gros points forts pour la fin : la réalisation. Non seulement c’est esthétiquement soigné et digne des plus grandes oeuvres d’Heroic Fantasy, mais techniquement c’est absolument superbe et digne de la nouvelle génération. Je ne comprends pas pourquoi ce jeu n’a pas fait le buzz sur cet aspect (peut-être que son gameplay et son univers lui suffisaient pour ça, contrairement à la plupart des productions actuelles) mais les décors sont absolument incroyables. Et encore, j’ai joué sur la version PS4 (anti-Uplay donc forcément anti-Origin) et c’était déjà magnifique. Mieux, pas une seule fois en 85h de jeu la fluidité n’a bronché, même dans les pires situations chargées à l’écran. Non vraiment, jetez un œil aux images pour voir que je n’exagère pas, nul doute qu’un certain The Witcher 3 explosera tout ça d’ici quelques mois mais en attendant pour un open world on est dans le haut du panier. Il en va de même pour les animations des visages et des corps qui ont fait un net progrès depuis Mass Effect 3 même s’il ne faut pas qu’ils s’arrêtent en si bon chemin, un peu plus de dynamisme dans les conversations serait souhaité par exemple. Par contre tout ceci a un prix : les temps de chargement plus que conséquents, du moins sur PS4 (j’imagine que sur PC avec un bon SSD ça doit être plus agréable). C’est particulièrement énervant quand il faut revenir au QG pour vider son inventaire par exemple, ou même pendant une scène narrative où les personnages changent de lieu… Cela dit il faut là encore relativiser : on se tape un chargement de facilement 30 secondes pour entrer dans une grande zone, mais une fois dedans on est tranquilles pendant plusieurs heures car tout se charge au fur et à mesure en arrière-plan. Alors oui ça m’a énervé, mais ça n’a finalement pas entaché le plaisir de l’exploration.

Dragon Age™ : Inquisition_20150319175425

Dragon Age™ : Inquisition_20150313163521

Dragon Age™ : Inquisition_20150318154838On a définitivement là un fier représentant du changement de génération de consoles puisque le jeu est très soigné aussi sur ses effets graphiques.

Dragon Age™ : Inquisition_20150318214434

Dragon Age™ : Inquisition_20150318182734

Dragon Age™ : Inquisition_20150313202936

Les paysages sont la plus grande réussite graphique de ce Dragon Age. Le nombre de panoramas à tomber par terre est du jamais vu dans un jeu vidéo, j’en suis encore scié.

Dragon Age™ : Inquisition_20150327154653J’ai rarement vu des forêts aussi magnifiques dans un jeu vidéo.

Dragon Age™ : Inquisition_20150325135327

Dragon Age™ : Inquisition_20150324165546

Dragon Age™ : Inquisition_20150319181044

Dragon Age™ : Inquisition_20150318180943

Dragon Age™ : Inquisition_20150318153538Esthétiquement le jeu est là aussi une franche réussite grâce à ses décors soignés et quasiment toujours uniques.

Dragon Age™ : Inquisition_20150310195152

Dragon Age™ : Inquisition_20150310174713Autre point fort graphique : la variété des décors visités. On n’a jamais l’impression de visiter deux fois la même région.

Dragon Age™ : Inquisition_20150313144234

Dragon Age™ : Inquisition_20150329140931Les expressions des visages sont globalement réussis. On n’est bien sûr pas à la hauteur des meilleurs jeux du genre (comme Beyond Two Souls) mais on est déjà beaucoup mieux servis que Mass Effect qui pêchait un peu sur ce point.

Dragon Age™ : Inquisition_20150325140402

Très vite, les combats deviendront un florilège d’effets visuels, sans forcément aller dans la débauche puisque l’action reste lisible (une fois qu’on comprend les mécanismes). Et surtout : ça ne rame jamais malgré l’écran chargé !

Dragon Age™ : Inquisition_20150328171609J’ai découvert le jeu avec son Patch n°5 qui est censé avoir corrigé énormément de bugs et de fait j’en ai rencontré très peu, mais de temps à autre il m’est arrivé de drôles de choses comme ici où mon cheval semble se propulser de manière suspecte… Pas de panique, si ça vous arrive une simple téléportation vers un checkpoint remet les choses en ordre.

_

Dragon Age Inquisition est loin d’être un jeu parfait. Il a plusieurs défauts relativement gênants. Mais pour une jeu d’une telle envergure et proposant un tel contenu, on ne peut qu’être sous le charme d’un tel soin apporté par Bioware, j’ai rarement été aussi impressionné par la quantité de travail d’un studio. Et j’ai également rarement autant pris mon pieds dans une aventure aussi longue, c’est bien simple je ne pouvais plus en décrocher, signe d’un excellent jeu, surtout sur une telle durée. Voilà un RPG comme je voudrais en voir plus souvent, la mutation de cet épisode par rapport au passé de la série n’a que du bon et j’espère voir un Dragon Age 4 encore meilleur, probablement après un Mass Effect 4 qui devrait hériter de pas mal de ses qualités. En attendant, cet épisode devient mon jeu favori de 2014 (désolé Transistor ;-P) et il n’aura pas volé sa place. The Witcher 3 pourra-t-il faire mieux ? J’ai hâte de voir ça.

_

Source des screenshots : Réalisés moi-même sur ma PS4

_

Mon avis sur le scénario

[SPOILERS – Mettez le texte suivant en surbrillance]

Comme je l’expliquais dans ma critique, le jeu ne brille pas forcément sur sa trame principale mais plutôt sur son univers et ses personnages. Mais s’il y a bien une chose que j’ai appréciée dans l’histoire est de voir qu’on débute l’aventure comme un misérable intrus maltraité et accusé de la misère du monde, pour finalement devenir un atout majeur pour refermer les failles et enfin devenir le leader de l’Inquisition et devenir un héros auquel la majorité des peuples se rallient. C’est certe d’un cliché et sans surprise mais ça fait du bien à l’égo !

Après que puis-je vous dire de spécial sur cette intrigue ? J’ai eu l’impression qu’elle se termine bien trop vite puisqu’on referme la faille assez tôt dans l’aventure, et qu’après ça les développeurs ont eu pour directive de pousser les événements plus loin et ont donc pondu dans l’urgence ce méchant ultra-cliché qui manque de logique dans sa démarche pour devenir un dieu. Alors autant j’ai trouvé le traitement de l’Immatériel et des anciens dieux et leur royaume fascinant, autant la facilité avec laquelle Corypheus (c’est son petit nom) est contrecarré est assez ridicule. On apprend ainsi que la marque qu’on possède était son atout pour entrer dans l’autre monde et s’emparer du trône du Créateur et que pour ça il a tué la Divine, mais que puisqu’il ne l’a plus il sort un lapin de son chapeau avec une histoire d’orbe elfique qui tombe de nulle part, et de miroirs qui font passer dans des mondes parallèles mais qui ne servent en fait à rien pour le déroulement car cette bonne vieille Morrigan (de Dragon Age Origins) s’est trompée, c’est balot. Puis on en vient à nous parler d’une source de savoir elfique, puis une invocation d’une ancienne déesse réincarnée comme par hasard dans la mère de Morrigan, qui donne à celle-ci des pouvoirs pour tuer le dragon de Corypheus pour enfin nous permettre de mettre une fessée à ce grand méchant.

Je raconte tout ça de façon bordelique car dans le jeu c’est l’impression que ça donne. On dirait que les scénaristes ont à chaque fois rajouté des petits bouts d’intrigue pour continuellement la pousser alors qu’elle n’a pas été pensée pour être si longue. Et ça manque donc de cohérence. Attention je ne dis pas que c’est médiocre, c’est juste fade. Heureusement que ce n’est pas ça qui motive à avancer mais bien la découverte de ce monde et l’approfondissement des relations avec les compagnons. Ca reste dommage quand on voit le travail exemplaire sur l’histoire globale de Mass Effect qui était captivante.

 

Publicités

2 réponses à “Dragon Age Inquisition, le Mass Effect nouvelle génération

  1. Ouf, z’ai tout lu! ^^
    Je suis également étonné par la qualité graphique du jeu sur PS4, je ne vois pratiquement pas de différences avec la version PC.
    Et c’est aussi étonnant que tu parles de SSD puisque je m’en suis commandé un hier. (j’espère que ça réglera les problèmes de loadings)
    En tous les cas, ta (longue ^^) critique donne envie de s’y plonger. Chose que je ferai prochainement. Thanks! 😉

    J'aime

    • Content que ça t’aie convaincu, j’espère ne pas trop l’avoir survenu mais en tous cas je pense chacun de mes mots sincèrement: un grand jeu !

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s