Samurai Warriors 4, massacre brutal mais fade

sw4(titre)

Je me souviens avoir essayé un Musô (ou Musou) il y a très longtemps, aux débuts de la PS2, soit la période où ce style de jeu a commencé à prendre vie. Mais très vite j’ai été rebuté par le concept : marteler une touche pour tabasser jusqu’à plus soif des centaines de soldats allant du crétin au débile profond, très peu pour moi. Quasiment 15 ans plus tard, voyant que les déclinaisons ne cessent de se multiplier (Zelda, Dragon Quest) j’ai décidé de laisser une nouvelle chance au concept en m’offrant ce qui est vendu comme étant la crème du genre : Samurai Warriors 4.

_

Commençons tout de suite les hostilités avec la question qui fâche : qu’y a-t-il de drôle à tabasser toujours les mêmes ennemis avec toujours les mêmes attaques ? Ma réponse totalement subjective : rien passé le plaisir de la découverte. Vous avez là le ton du test ; je sens bien qu’il y a un vrai potentiel dans les Musô mais ce n’est pas encore aujourd’hui que je deviendrai fan du genre, et pourtant j’ai laissé sa chance au jeu en me forçant à y jouer une grosse quinzaine d’heures. C’est d’autant plus rageant qu’on n’est plus très loin d’avoir un concept d’enfer mais le gameplay reste sous-exploité. Je m’explique.

_

Giant enemy crab

Niveau contenu, le menu annonce déjà la couleur : 12 paquets de 5 missions, des dizaines de personnages, différents modes de jeu, et même une aventure où on peut créer son propre avatar de toute pièce si on en veut encore. A une époque où on facture 70 boules les 5 heures de jeu autant dire que ce jeu d’action brute ne se moque pas de son public et propose des dizaines, voire des centaines d’heures de jeu si on veut tout boucler. Bien sûr le cœur même du titre réside dans son mode Story qui propose une douzaine de petites campagnes scénarisées dont les intrigues s’entremêlent, d’ailleurs tout se débloque au fur et à mesure qu’on les termine. On nous introduit alors tellement de personnages que j’en ai perdu le compte et c’est autant une qualité pour le gameplay qu’un défaut pour l’histoire. En effet, les récits de guerre et de familles japonaises féodales se basent sur des éléments réels de l’Histoire du Japon mais tournent tout ça à la sauce manga avec tous les clichés qu’on imagine, versant volontiers dans le surréaliste. A aucun moment je ne me suis senti impliqué dans la globalité du scénario, en particulier les espèces plans de batailles stratégiques très indigestes à suivre. Globalement on se contentera de zapper tout ça pour se lancer dans l’action au plus vite.

SAMURAI WARRIORS 4_20150313172722

SAMURAI WARRIORS 4_20150317173245Le scénario reprend quelques éléments de l’Histoire du Japon mais remanie tout à la sauce fantaisie.

SAMURAI WARRIORS 4_20150417230512

SAMURAI WARRIORS 4_20150413230602Les personnages sont également très clichés et les scènes narratives le sont tout autant…

SAMURAI WARRIORS 4_20150416232811Je doute que les personnes du Japon féodal portaient ces accoutrements. Il est probable que ces ancêtres feraient cette tête en voyant les tendances artistiques de leur descendance.

SAMURAI WARRIORS 4_20150313180421

SAMURAI WARRIORS 4_20150416222224Mais bon aller, j’avoue, je ne peux pas retirer au jeu le charme de ses héroïnes…

SAMURAI WARRIORS 4_20150329225937Le nombre de personnages à débloquer a de quoi faire rougir n’importe quel jeu de combat.

SAMURAI WARRIORS 4_20150416214306

SAMURAI WARRIORS 4_20150416214757J’ai vaguement testé le mode Chroniques ; il consiste à se créer un avatar et participer à de petits combats tout au long d’une carte, le tout agrémenté de petits choix de dialogues lors des scènes narratives.

SAMURAI WARRIORS 4_20150329232603Les options de création d’avatar sont d’ailleurs très poussées, les vrais fans auront de quoi assouvir leurs fantasmes.

_

Du massacre écervelé, mais avec classe

Pour ceux qui débarquent comme moi, laissez-moi vous expliquer en quoi consiste une nouvelle partie : on est largués dans une grande carte où deux camps s’affrontent via des centaines de soldats en temps réel. Le but est alors de littéralement expulser tous ces pions quasiment inoffensifs à grands coups pour se frayer un chemin vers les objectifs principaux, qui se résument dans 95% des cas à tuer un des commandants adverses, qui sont eux beaucoup plus résistants et agressifs. Voilà dans les grandes lignes donc ; massacrer le menu fretin pour charger des attaques spéciales qu’on balancera aux vrais adversaires. Et c’est là que se situe le fun puisque défoncer ces marées d’ennemis se fait avec violence et surtout avec une surpuissance très jouissive. D’ailleurs ce SW4 propose une palette de coups assez conséquente pour chaque personnage ; outre les combos à base de carrés (attaques de base) et de triangles (attaques rapides) qui ne sont que deux touches mais qui proposent une large variété d’enchaînements selon les combinaisons (qui augmente au fil des niveaux gagnés), il y a une attaque spéciale unique à chaque héros contrôlé qui se déclenche une fois la jauge consacrée pleine. Visuellement très réussi et très efficace. Chaque héro dispose aussi d’une sorte d’attaque « magique » aux effets très variables (ça peut aller de l’amélioration de statistique à quelque chose de plus offensif). Enfin, il y a également un mode furie qui permet d’être très rapide le temps qu’une autre jauge spéciale se vide. On serait presque face à un vrai Beat’em All. Presque…

SAMURAI WARRIORS 4_20150411210753

SAMURAI WARRIORS 4_20150412222027Les attaques « magiques » de chaque personnage sont toujours très différentes les unes des autres. Certaines sont plus axées défenses, et inversement.

SAMURAI WARRIORS 4_20150317180323

SAMURAI WARRIORS 4_20150317180317Les niveaux montent très vite, et heureusement vu la tonne de personnages. Constatez au passage la pauvreté des combos, c’est comme ça pour chaque personnage.

SAMURAI WARRIORS 4_20150417223533Combiner les attaques spéciales des deux héros c’est particulièrement classe et efficace.

SAMURAI WARRIORS 4_20150329222908Même en mode Hard, tuer les commandants ennemis est une question de bourrinage de touches. Seul le mode de difficulté ultime oblige à la jouer ultra prudent car on y meurt en quelques coups.

_

Encore du chemin à faire

Car ce SW4 se permet même le luxe d’utiliser un système d’esquive et de contres (fans hardcore, ne m’en veuillez pas si c’était déjà le cas avant, je découvre…) qui viennent ajouter une couche supplémentaire de gameplay. Dommage toutefois qu’une esquive coûte de l’énergie, celle-là même qui est utilisée pour soit briser la garde des adversaires, soit utiliser la furie, ce qui incite à ne pas l’utiliser afin d’économiser ses forces pour être plus offensif. Tout ça pour dire que malgré toutes les qualités de ce gameplay il reste trop raide et rien n’est fait pour encourager la subtilité dans les déplacements par rapports aux ennemis. Pourtant il y a bien les commandants adverses qui opposent une solide résistance (en particulier le général qui fait office de boss final) mais il faudra plutôt faire preuve de plus de prudence que de doigté. Et c’est là mon principal reproche au jeu : dans le fond ce n’est pas la répétitivité de son concept qui pose problème, mais bien de son gameplay qui n’était pas passé loin d’être un véritable BTA. Imaginez un jeu de ce genre avec la jouabilité d’un Devil May Cry, ce serait juste excellent. Et bien non, il faudra se contenter d’un énième jeu bourrin. Je peux comprendre que certains s’en amusent mais personnellement ça m’ennuie très vite. Quel dommage, d’autant que tous les éléments sont là pour approfondir le gameplay avec des armes à équiper et à upgrader en échange de gemmes, un large choix d’objets à usage unique à équiper, une gestion de la santé en ramassant des soins sur le champ de bataille, et même des personnages aux forces et faiblesses à prendre en compte.

SAMURAI WARRIORS 4_20150416225426Certains personnages sont beaucoup plus agiles et funs à jouer que d’autres. Il y en a même qui ont des combos aériens. Je vous le dis, on est vraiment à pas grand-chose d’un BTA, un petit effort sur le 5ème épisode serait la consécration du genre.

SAMURAI WARRIORS 4_20150416231311Le boost de la puissance du personnage est influencé en plein partie selon les attaques qu’on utilise.

_

Avoir son larbin personnel

La vraie difficulté se situe au niveau de nos commandants alliés qui doivent rester en vie et ce n’est pas chose aisée puisque leur IA est on ne peut plus limitée, de sorte que dès qu’ils sont trop entourés d’ennemis ils encaissent vite les coups. Problème : ils sont souvent en difficulté lorsque vous êtes de l’autre côté de la map… D’ailleurs lors d’une partie on est constamment réclamé un peu partout sur la carte pour remplir divers objectifs (au passage, il faut un temps d’adaptation pour bien comprendre le plan) et le temps joue contre nous. Il faut alors constamment courir partout et c’est quelque chose qui m’avait rebuté à l’époque lors des premiers Musô. Mais SW4 introduit deux concepts (idem, si ça existait déjà avant ne me tapez pas…) très bien fichus pour rendre tout ça moins laborieux, à commencer par la monture qu’on peut appeler n’importe quand et qui est relativement rapide. Elle permet d’ailleurs aussi de tabasser quelques ennemis au passage, c’est toujours ça de pris. Mais c’est surtout le concept des deux personnages jouables qui vient tout sauver : en début de partie on choisit deux héros et on pourra passer de l’un à l’autre à volonté. L’idée de génie est que lorsqu’on en contrôle un, le second devient autonome et se dirige tout seul vers les points importants. On peut aussi lui donner des ordres basiques pour l’envoyer où on veut et il suffit ainsi de continuer à combattre là où on est pour finalement contrôler l’autre personnage une fois qu’il est arrivé à destination. Idéal pour enchaîner l’action sans aucun temps mort. Il est aussi possible de lui commander de nous suivre, chose utile en cas de coup dur puisque les deux personnages peuvent alors combiner leurs attaques spéciales. Bref, une riche idée qui est d’autant plus appréciable qu’elle sert à introduire un mode co-op en ligne, mais pas sur le même écran.

SAMURAI WARRIORS 4_20150416201830Les objectifs varient très rarement du « tuez X » ou « massacrez Y nombre de cibles ». Ici on a de l’escorte par exemple.

SAMURAI WARRIORS 4_20150329231320Il faut jouer avec le moral des troupes ennemis en tuant les soldats spéciaux qui gardent certains points-clé de la zone, surtout ceux qui boostent la résistance des soldats environnants.

_

Le plus beau sur PS4 ! … Dans sa catégorie

Sur le plan technique, SW4 est un fier représentant des Musô sur New-Gen et ça se sent. Il faut garder à l’esprit que ce genre sera toujours inférieur graphiquement aux standards du moment mais d’habitude on a droit à quelque chose d’infâme pour pouvoir afficher les centaines de soldats à l’écran. Hors dans celui-ci on a droit à un enrobage soigné, propre, qui affiche toujours autant d’ennemis en même temps et sans jamais ralentir. J’insiste bien là-dessus : ne vous attendez pas à du The Order 1886 (pour une fois dire du bien de ce jeu) mais on a bel et bien quelque chose qui surpasse tous les autres Musô actuels (reste à voir Dragon Quest Heroes), ne serait-ce que pour les personnages qui sont très bien fichus (en particulier les donzelles pour les amateurs). De nos jours ça fait plaisir de voir des jeux si chargés et si fluides, mais attention on parle bien ici de la version PS4, car la PS3 et la PS Vita sont forcément moins gâtées visuellement. Quoiqu’il en soit ça vient compenser la mise en scène inexistante (les dialogues en plan fixe avec des personnages de part et autre de l’écran qui remuent à peine la tête, ça commence à faire très cheap) et les scènes cinématiques pas franchement réussies car trop compressées. Tout n’est cependant pas rose puisque les zones sont toujours désespérément répétitives et ne sont que des enchaînements de couloirs et de salles en plein air, ce qui n’aide pas avec la caméra capricieuse en pleine action qui empêche de voir venir les ennemis par derrière.

SAMURAI WARRIORS 4_20150416230154Ecran rempli d’ennemis ou pas, la fluidité ne bronche pas d’un poil.

SAMURAI WARRIORS 4_20150317181842

SAMURAI WARRIORS 4_20150329220331C’est d’autant plus admirable que ça reste stable lors du déferlement des attaques spéciales qui n’hésitent pas à aller dans la surenchère graphique.

SAMURAI WARRIORS 4_20150411205943

SAMURAI WARRIORS 4_20150317170256Niveau décors par contre c’est moins la gloire, forcément. Le jeu est capable d’aller du moyen-bof au bof-horrible. Il en sera toujours ainsi, mais au moins le brouillard dégueulasse sur PS2 a disparu.

SAMURAI WARRIORS 4_20150412220227Dès que l’ennemi attaque de deux côtés on se retrouve trop facilement attaqués dans le dos…

_

Ne tournons pas autour du pot : je peux concevoir que ce genre de jeu amuse une certaine tranche de joueurs et pour eux ce Samurai Warriors 4 est clairement un excellent jeu, si pas le meilleur dans ce domaine. Mais ce n’est pas encore ce titre qui convaincra les autres de l’intérêt des Musô. Et pourtant je vous assure que ça me fend le cœur de dire ça car j’y suis vraiment allé avec la volonté d’accrocher au style et la base est très bonne, il ne manque plus qu’un gameplay plus poussé pour rendre tout ça plus profond et on aura enfin un produit qui s’adresse à tous les amateurs d’action. Je me prends déjà à rêver de telles batailles avec l’agilité d’une Bayonetta. Il suffirait de pas grand-chose, l’espoir est donc permis pour l’avenir.

_

Source des screenshots : Réalisés moi-même sur ma PS4

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s