Broken Age, agréable mais cher payé

brokenage(titre)

J’avoue avoir été trompé sur la marchandise en achetant ce jeu. Pensant acquérir un jeu d’aventure à choix multiples dans la veine des productions Telltales, je me suis finalement retrouvé face à un Point & Click à l’ancienne. Et pas de bol, je n’aime pas le genre. Pourtant il y a eu une petite étincelle qui m’a malgré tout donné envie de me faire violence pour lui donner sa chance, et finalement c’est pas plus mal.

_

Tout d’abord, un peu d’histoire puisqu’elle a son importance : Broken Age représentait le nouvel espoir des vrais amateurs de Point & Clic puisqu’on y retrouvait aux commandes le fameux Tim Schafer, auteur entre autre du culte Grim Fandango qui a marqué la fin de l’âge d’or des jeux d’aventure de ce genre. Alors quand le bonhomme s’est présenté sur Kickstarter pour demander l’aumône pour son projet indépendant, le peuple a répondu présent et très vite le jeu est devenu une icône grâce à la somme qu’il avait accumulée, rien de moins que le record de l’époque : pour 400.000 $ demandés, ce sont finalement 3,45 millions $ qui ont été donnés. Malgré ça, les développeurs ont vite décidés de scinder le jeu en deux actes afin de pouvoir amortir les coûts qui sont très vite devenus démesurés, allant même jusqu’à demander de nouveaux dons pour l’acte 2. C’est dans ce contexte que le jeu final est enfin sorti, plus d’un an après sa première partie pleine de promesses. Et autant tuer le faux suspens tout de suite : cette suite a été très décevante pour beaucoup de critiques. Mais personnellement, refusant de jouer de manière fractionnée je n’ai joué qu’à l’ensemble du titre d’une seule traite, et mon but ici sera de vous présenter un avis qui englobe l’ensemble de l’œuvre et non une autopsie par acte, exercice que j’estime bien futile.

_

Deux personnages, deux opposés, un destin

La première approche du jeu a de quoi dérouter lorsqu’on découvre le scénario. On vous propose d’abord de commencer par sélectionner un des deux personnages : Vella ou Shay. Ils n’ont a priori rien en commun et ne sont même pas dans le même environnement. Situation étrange, mais ce qui est vraiment dérangeant au début c’est le côté complètement absurde et décalé de l’univers proposé. D’un côté, Shay se retrouve dans un vaisseau spatial dont l’IA le protège à l’extrême au point de le faire évoluer dans un monde enfantin ennuyeux et répétitif avec tout un tas de robots « bisounours » qui surveillent ses faits et gestes, tandis que Vella habite un monde où un monstre géant vient régulièrement dévorer des jeunes filles de chaque village et tout le monde trouve ça génial, les victimes y compris. J’ai eu beaucoup de mal à accrocher au début car tout est tourné en dérision et ça en perd en crédibilité, mais cette première impression cache en fait une aventure qui devient vite prenante et qui n’est pas du tout comme on l’imaginait au début. Il y a notamment un gros retournement de situation en plein milieu de l’aventure (soit la fin de l’acte 1) qui m’a bien retourné le cerveau et m’a vraiment donné envie d’en savoir plus. Et heureusement, car les choses finissent par se corser méchamment…

brokenage(8)

Voici le fameux monstre, le Mog Chothra, qui vient réclamer ses sacrifices.

brokenage(1)

brokenage(6)Shay est prisonnier de son monde rose-bonbon formaté pour qu’il ne lui arrive absolument rien.

brokenage(7)

L’histoire mêle technologie et peuples primitifs, ça fait partie du côté absurde recherché.

brokenage(5)

Aucun personnage rencontré n’est sérieux, ils ont tous une histoire décalée à raconter.

brokenage(4)

Le moins qu’on puisse dire c’est que ce monde est original et dépayse le joueur.

_

Tellement de clics que les médias en rêvent

Aussi intéressante que soit l’intrigue, il ne faut s’engager dans Broken Age qu’en connaissance de cause. Il s’agit bel et bien d’un Point & Click à l’ancienne et j’insiste vraiment là-dessus. C’est-à-dire que les énigmes ne sont pas évidentes et souvent tirées par les cheveux. Au début du jeu c’est encore jouable avec un peu de jugeote mais attention car par la suite vous devrez régulièrement utiliser la fameuse méthode du « j’essaye tous les objets sur toutes les interactions possibles pour me débloquer », soit tout ce que je déteste dans ce genre de jeu. D’ailleurs on ressent un fort déséquilibre sur l’acte 2 qui a une difficulté absurde. Pour être honnête avec vous j’ai rapidement fait appel à une soluce car ça me m’intéressait pas de tourner en rond à cliquer partout et plusieurs fois je me suis dit que je n’aurais jamais pu deviner la résolution tout seul… Oh je me doute qu’il y a eu des jeux d’aventure beaucoup plus tordus par le passé, mais qui a le luxe encore aujourd’hui de perdre son temps sur des choses illogiques ? Frustrant. J’aurais plutôt souhaité voir le jeu mieux exploiter la co-op entre les deux héros, car en l’occurrence même si on peut passer de l’un à l’autre à n’importe quel moment ils n’ont quasiment jamais d’interaction directe, tout au mieux trouvera-t-on deux-trois puzzles où on doit mémoriser une information récoltée chez l’un pour l’utiliser chez l’autre.

brokenage(17)Oh mon dieu cette énigme atroce vers la fin du jeu, je peux vous assurer que je l’ai sentie passée, surtout qu’elle est générée aléatoirement donc les soluces ne peuvent qu’aiguiller sur la marche à suivre, il faut se démerder pour le reste..

brokenage(13)

Autre aspect agaçant des énigmes, le côté très vague des résolutions, comme ici où il faut inventer une blague d’arbre (!) mais les répliques changent à chaque fois et il n’y a aucune logique, il faut alors passer plusieurs minutes à tenter les combinaisons à l’aveugle. 

brokenage(3)

La majorité des résolutions d’énigmes passera par l’épuisement de tous les dialogues possibles pour débloquer la petite séquence qui donnera un objet ou débloquera la situation. Typique du genre.

_

Un bien bel enrobage…

Heureusement comme je le disais, j’ai vraiment été happé par tout ce qui va autour de ces casse-têtes. Outre le scénario qui a au moins le mérite d’intriguer le joueur, j’ai vraiment adoré l’humour qui est bourré de références, d’allusions et de jeux de mots. On n’est pas dans un registre comique car le fil rouge de l’histoire est plutôt tragique mais c’est en réalité fin et subtil. Bien sûr c’est une notion très subjective mais il est rare que je sourie dans un jeu vidé, hors ici ça a été le cas plus d’une fois. Mais tout ça ne serait rien sans le doublage d’excellente qualité pour chaque personnage, du moins en anglais, d’ailleurs il paraît que toute une bande d’acteurs connus y ont participé. Ecouter Vella parler a été par exemple un vrai plaisir. Mieux encore, le jeu est très soigné graphiquement avec une très jolie 2D dessinée et plutôt bien animée. Les mimiques des personnages sont d’ailleurs absolument charmantes et il y a tout un panel de grimaces qui les rend crédibles. Le monde de Broken Age est ainsi mignon, enchanteur, dépaysant et plein de vie, c’est sans aucun doute l’un de ses points forts.

brokenage(11)

Mes personnages secondaires préférés sont les deux gardiens du Dieu Borgne, ils sont absolument débiles ^_^ !

brokenage(15) brokenage(14)

Les passages dans le vaisseau spatial sont les plus délirants, comme ces robots nettoyeurs inspirés de Wall-E ou encore ces téléporteurs à l’humeur variable.

brokenage(2)

brokenage(9)

Le style graphique est particulier mais est franchement très réussi avec ce côté crayonné artisanal..

brokenage(12)

brokenage(16)

Les mimiques des personnages sont craquantes.

_

… mais surtaxé

Toutefois il me vient une question maintenant que j’ai terminé l’aventure : où sont donc passés ces 3,45 millions ? Car je dois signaler qu’il y a très peu de décors différents et qu’on passe son temps à y faire des allers-retours. Je me refuse à vous spoiler donc je ne peux pas vous expliquer pourquoi en détail (sauf en bas de l’article pour ceux qui ont terminé le jeu) mais sachez que ça recycle à foison jusqu’à la toute fin du jeu… Un vrai gâchis qui ruine également le plaisir de la découverte. Mais qu’ont-ils donc fait de tout ce pognon ? Qu’est-ce qui leur a pris autant de temps pour terminer le projet, sachant que la durée de vie n’excède pas les 9h au total ? Ils se justifient en disant que les doublages professionnels ont coûté cher mais je pense surtout qu’ils se sont payés de belles vacances entre les deux actes, car rien ne justifie un tel budget. Ne vous y trompez pas, le jeu a bénéficié d’un gros buzz et donne l’impression d’être une grosse production mais finalement ça reste un petit jeu qui serait peut-être passé inaperçu sans sa performance Kickstarter.

brokenage(10)

L’interface est très classique et permet de passer d’un héro à l’autre rapidement. Rien de neuf dans le gameplay, c’est toujours à base de combinaison d’objets et d’interactions basiques.

_

Ce Broken Age ne m’a pas donné goût aux Point & Click mais j’ai pourtant vraiment apprécié cette aventure que j’ai trouvés touchante avant tout. Beaucoup ont critiqué la fin du jeu qui part un peu en vrille mais elle ne m’a pas choquée et pour moi l’histoire est bien racontée et intéressante, même dans ce second acte, seul l’équilibrage de la difficulté a un vrai problème. M’enfin bon, aussi passionnant que soit l’univers proposé on reste face à un jeu qui ne justifie en rien son budget et qui n’a rien qui sort des standards du genre. Les amateurs y trouveront certainement un jeu correct qui les amusera, mais les novices qui manquent de patience comme moi devront s’y risquer avec un guide sur les genoux histoire de pouvoir quand même découvrir un récit de qualité.

_

Source des screenshots : Réalisés moi-même sur mon PC

_

Mon avis sur le scénario

[SPOILER – Mettez le texte en surbrillance]

Je n’ai vraiment pas vu venir que le Mog Chothra est en fait le vaisseau de Shay et que c’est nous qui enlevions les jeunes filles en pensant sauver des créatures. Pourtant je me doutais que quelque chose ne tournait pas rond lorsque je cliquais sur des éléments des décors et que l’IA me disait de ne pas m’occuper de ça, il était impossible que Shay soit réellement dans l’espace mais de là à imaginer un monstre c’était plutôt bien vu. Et lorsque Shay et Vella se croisent pour la première fois, mon cerveau a explosé en repensant instantanément à tout ce premier acte et tout ce que ça impliquait.

L’acte 2 apporte alors des réponses, mais l’une d’entre elle est un peu loufoque : on se trouvait sur la même planète que Vella mais dessus se trouve une civilisation avancée qui a décidé il y a bien longtemps de se couper du monde pour rester purs, à tel point que leur système immunitaire a dégénéré et qu’ils ont besoin d’échantillons d’indigènes pour s’adapter. Jusque-là ça va, mais l’explication quant au rôle des vaisseaux Mog Chothra qui servent à abriter des jeunes garçons est décevante et fantaisiste : ce serait parce qu’à cet âge-là ces jeunes élus auraient un instinct efficaces pour déterminer quelle victime idéale choisir. Tiré par les cheveux, mais si on accepte ça alors on a droit à une histoire qui sait tenir en haleine et qui ne nous prend pas pour des abrutis comme 95% des jeux actuellement.

Quoiqu’il en soit, ce sont surtout les dialogues savoureux et la présentation de ce monde imaginaire qui font la qualité de la narration.

Publicités

Une réponse à “Broken Age, agréable mais cher payé

  1. Vous avez parfaitement raison. Broken Age est un très bon jeu qui m’a permis de m’amuser et, heureusement, car j’ai économisé sou par sou pour me procurer ce titre.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s