25 ans de la GameBoy ? Bof, vive la GameGear !

gamegear(titre)

J’ai eu une enfance de gamer différente de la norme. Alors que mes petits camarades s’éclataient sur NES et Super NES, je jouais sur PC. Et dans la cour de récré, alors que tout le monde avait sa Game Boy, moi je me promenais avec ma grosse Game Gear. Et vous savez quoi ? Et bien moi, j’avais la classe.

 

La Game Boy (eh oui, je fais partie de ceux qui mettent cette console au féminin, comme LA Game Cube) était sans aucun doute une machine culte. Même si je ne l’ai jamais possédée j’ai passé de nombreuses heures dessus via différents potes me permettant de découvrir les grands classiques comme Mario et compagnie. J’aurais même tout donné pour en avoir une quand la mode Pokémon est apparue, probablement l’une de mes plus grosses frustrations de gosse. Mais pourtant, si c’était à refaire je n’échangerais pas ma belle Game Gear pour elle !

 

Car oui, cette fameuse console portable de Sega avait tout pour plaire et passer de son magnifique écran de couleur et rétro-éclairé à l’écran tout gris faisait vraiment très mal. Rendez-vous bien compte que la réputation de cet écran magnifique n’était pas volée, jouer en pleine nuit était tout à fait faisable contrairement à la Game Boy qui nécessitait tout un tas d’accessoire pour accomplir cette simple tâche. Et puis la puissance de cette petite machine m’avait déjà à l’époque scotché. Il suffisait de voir les portages les Sonic et la vitesse de défilement absolument folle pour s’en rendre compte, en ce temps-là ça décoiffait sévère et c’était bluffant pour une machine portable.

  gamegear(5)
Une image qui en dit long.

 

Oh et puis ces jeux qui ont bercé mon enfance ! Je ne jouais pas à Tetris mais Columns s’est chargé de me triturer les méninges. Je ne jouais pas aux Mario mais aux Sonic que j’adorais plus que tout, et également Wonder Boy. Puis j’ai eu droit à tous les portages de la Master Systems de jeux cultes comme Earthworm Jim ou encore le Batman (de Ocean). Oh et puis Ecco The Dolphin, un souvenir culte. Difficile mais bel et bien culte. Puis il y a eu les Walt Disney avec l’excellent Aladdin qui était certainement inférieur aux versions consoles de salon mais qui a été fabuleux malgré tout, tout comme Le Roi Lion ou bien sûr le fantastique Castle of Illusion avec Mickey. Ah et j’allais oublier le génial Astérix. J’ai eu quand même quelques daubes dans le lot (Dracula et Chuck Rock pour les connaisseurs) mais globalement c’était une poignée de jeux fantastiques qui ne me quittaient jamais puisque j’emmenais ma Game Gear partout avec moi.

 gamegear(1)Une partie de ma collection de jeux.

Bien sûr la console avait de gros défauts. Le plus connu est sans aucun doute la forte consommation énergétique qui engloutissait les piles à une vitesse folle. J’avais en partie pallié au problème à terme via des piles rechargeables en grand nombre afin de faire des tournantes mais je me souviens par exemple de l’attente insoutenable au tout début à chaque recharge, et autant dire que pour une console où les sauvegardes n’existaient pas le temps était compté pour arriver à la fin du jeu avant de ne plus avoir de jus. Je bénis à jamais mon père pour le jour où il m’a rapporté un adaptateur qui se branchait directement sur un port de la console afin de la relier à une prise de courant. À partir de ce jour la console n’était plus du tout portable mais qu’importe, il était enfin temps de torcher les jeux trop longs. Et quel pied !

 

Quant à la taille massive de la console, voilà en comparaison avec une PS Vita :

 gamegear(4)

 

Ca ne me gênait pas vraiment car j’avais toute la panoplie de transport, un vrai petit Geek avant l’heure ! Voyez plutôt :

gamegear(2)Je peux vous dire que j’étais fier comme un paon en me baladant avec ça. Bon aujourd’hui j’ai plutôt tendance à planquer ma VITA quand je suis en déplacement mais bon…

 

En définitive la Game Gear aura été ma première console et mon souvenir le plus marquant. Avec le recul je ne me lancerai pas dans une gueguerre GB/GG car la portable de Nintendo avait de bons arguments et des jeux incroyables, mais à l’époque ma belle portable faisait passer ce pavé grisâtre pour une blague et il suffisait de voir le regard émerveillé de mes potes qui s’y essayaient pour la première fois pour comprendre le fossé qui séparait les deux adversaires. Hélas comme bien souvent la qualité ne fait pas forcément gagner une bataille (on le voit encore aujourd’hui avec la 3DS vs la VITA) et c’est ainsi que la portable de Sega fit un flop relatif.

 gamegear(3)Deux monstres de puissance pour leur époque respective… et deux superbes consoles boudées par les gamers… Même destin ?

 

 

Mais si vous aussi vous en avez possédé une, vous ne retiendrez pas les 25 ans de la Game Boy mais plutôt les 24 ans de la Game Gear qui auront lieu en fin d’année (octobre 1990 au Japon). Aaah, nostalgie…

Publicités

Une réponse à “25 ans de la GameBoy ? Bof, vive la GameGear !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s